MAGHREB
02/12/2015 11h:49 CET

En collaboration avec le musée du Bardo, l'Italie organise une exposition en soutien à "l'archéologie blessée par le terrorisme"

Tunisians stroll in Tunisia's National Bardo Museum Monday, March 30, 2015. The Bardo Museum is open to the public again for the first time since extremist gunmen opened fire on foreign tourists earlier this month, killing 22 people in the country's worst attack on civilians in 13 years. (AP Photo/Hassene Dridi)
ASSOCIATED PRESS
Tunisians stroll in Tunisia's National Bardo Museum Monday, March 30, 2015. The Bardo Museum is open to the public again for the first time since extremist gunmen opened fire on foreign tourists earlier this month, killing 22 people in the country's worst attack on civilians in 13 years. (AP Photo/Hassene Dridi)

L'Italie a lancé une initiative de soutien à l'"archéologie blessée par le terrorisme" par une exposition au musée national d'Aquilée (nord-est) réalisée en collaboration avec celui du Bardo à Tunis.

Intitulée "Le Bardo à Aquilée", l'exposition qui sera inaugurée samedi et se tiendra jusqu'au 31 janvier, rassemble huit pièces du musée national de Tunis visé en mars par un attentat terroriste dans lequel 21 touristes et un policier ont trouvé la mort.

Elle constitue la première étape d'un projet plus large, appelé "archéologie blessée" qui verra un jumelage entre le musée d'Aquilée et "les villes dont le patrimoine culturel est victime d'attaques terroristes ou de guerre", a expliqué Margherita Belgiojoso, de la Fondation Aquileia.

Sous l'Empire romain, la ville d'Aquilée était connue pour abriter plusieurs communautés - Romains, Juifs, Alexandrins et Grecs y cohabitaient de manière pacifique.

Mais "cette tolérance qui a servi de fil rouge à nos deux millénaires d'histoire commune est en train de vivre une heure sombre", a estimé le président de la Fondation Aquileia, Antonio Zanardi Landi, lors d'une conférence de presse mercredi à Rome.

"La Méditerranée nous unit et non pas nous divise", a insisté le ministre italien de la Culture, Dario Franceschini, assurant que "ce moment fort de notre histoire actuelle durant lequel les symboles de notre culture sont

attaqués" resterait "bref".

"S'il faut bien sûr réagir avec détermination contre le terrorisme, il faut également retrouver le chemin de nos valeurs communes" en contrant le terrorisme par la culture, a ajouté le ministre.

La semaine dernière, Matteo Renzi, le chef du gouvernement, avait également cité la culture comme élément essentiel de la lutte contre le terrorisme, promettant un milliard d'euros de dépenses pour la vie culturelle.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.