MAROC
02/12/2015 07h:40 CET | Actualisé 02/12/2015 07h:41 CET

Pourquoi un pouce géant trône devant le musée Mohammed VI (EN IMAGES)

En ce moment au Musée Mohammed VI d'Art Moderne et Contemporain - Maroc. Installation de l'oeuvre ''Le pouce'' by Cesar. #Sortir #Rabat #Art #Culture Jennifer Barreteau

Posté par Sortir Magazine, Rabat & alentours sur mardi 1 décembre 2015

ART - À quelques jours de l'inauguration de l'exposition "César, une histoire méditerranéenne" au musée d'art contemporain Mohammed VI à Rabat (MMVI), le sculpteur français décédé à la fin du siècle dernier laisse son empreinte dans la capitale marocaine.

Mardi 1er décembre, le musée a lancé un premier "teasing" pour sa nouvelle grande exposition qui se tiendra du 9 décembre au 14 mars. Une imposante sculpture d'un pouce géant de 6 mètres de hauteur et d'environ 5 tonnes, en bronze à patine verte, a été installée sur l'esplanade du musée MMVI. L'oeuvre a été prêtée par un collectionneur privé marocain.

"C'est l'oeuvre la plus monumentale de l'exposition. D'autres sculptures imposantes arrivées par bateau ou avion seront présentes dans le musée, mais le Pouce ne pouvait pas rentrer", confie au HuffPost Maroc une source de la Fondation nationale des musées du Maroc.

Connu pour avoir conçu et donné son nom au trophée de la cérémonie du cinéma français des "César", le sculpteur César Baldaccini, né à Marseille en 1921 et mort en 1998, est en effet aussi connu pour son "Pouce", une oeuvre gigantesque moulée à partir de son propre pouce dont les reproductions ornent plusieurs places dans le monde.

Le sculpteur d'origine italienne, membre du mouvement des Nouveaux Réalistes, commence à travailler sur ce "pouce" dans les années 60 en faisant un premier agrandissement. Le célèbre galeriste parisien Claude Bernard avait invité César à participer à l’exposition "La main de Rodin à Picasso", à l'origine de la série des "Empreintes" de César (le poing, la main et le sein).

En 1988, une reproduction monumentale de son pouce de 6 mètres en bronze doré, pesant plus de 4 tonnes, est envoyée en Corée du Sud à Séoul. Il est ensuite envoyé dans un premier musée à Marseille en 1993 et s'installe un an plus tard devant le Musée d'art contemporain (MAC) de la cité phocéenne. Une autre reproduction est érigée dans le quartier d'affaires de La Défense, à côté de Paris.

L'oeuvre détenue par le collectionneur privé avait été adjugée en 2007 à plus d'1,2 millions d'euros lors d'une vente aux enchères organisée par la maison Cornette de Saint-Cyr, à l'Hôtel Drouot à Paris. L'identité de l'acquéreur n'est pas connue.

LIRE AUSSI:Le musée Mohammed VI accueille une exposition consacrée à César Baldaccini

Galerie photo L’architecture du XXème siècle au Maroc en dix édifices Voyez les images