MAROC
02/12/2015 13h:59 CET | Actualisé 03/12/2015 09h:42 CET

Ce que l'on sait sur la COP 22 organisée au Maroc

DR

ENVIRONNEMENT - Si l’information était depuis près d’un an dans le domaine public, l’annonce officielle n’a été faite que ce mercredi par Hakima El Haite, la ministre déléguée chargée de l’Environnement: en novembre 2016, Marrakech succèdera à Paris en tant que ville hôte de la Conférence des Nations unies sur le climat.

Quels seront les enjeux? La COP 22 sera "celle de l'innovation en matière d'adaptation et d'atténuation aux effets du changement climatique", et sera "l'occasion de développer des outils opérationnels dans le cadre du plan Paris-Lima puis Paris-Marrakech", a souligné la ministre.

Le plan Paris-Lima est un programme d’actions pour "la promotion de l'action climatique transformative" porté par le Pérou, la France, l'équipe de soutien du Secrétaire général pour le changement climatique et le secrétariat de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

Le plan Paris-Marrakech signifie que la COP 22 s’inscrira dans la continuité de ce qui sera adopté à Paris, comme l’avait récemment indiqué Jean-François Girault, ambassadeur de France au Maroc, lors d'une rencontre avec la presse sur la COP21 à laquelle avait pris part le HuffPost Maroc.

Autre enjeu de taille: la conférence de Marrakech permettra de traduire en textes juridiques toutes les règles nécessaires à la ratification et à la mise en oeuvre effective du "protocole de Bonn". En effet, vendredi 23 octobre à Bonn, en Allemagne, après cinq jours de pourparlers intenses les représentants de 195 pays ont approuvé un texte de négociation qui doit déboucher sur un accord mondial et ambitieux pour contenir le réchauffement climatique.

Reste à savoir qui sera en charge de l’organisation de la COP 22. Selon les informations du HuffPost Maroc, cela devrait se jouer entre le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) et le ministère de l’Intérieur.

Mais quel que soit l’organisme désigné, il pourra compter sur le soutien de la FAO, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, qui "apportera son soutien à la préparation de la COP 22", a souligné mardi José Graziano da Silva, directeur général de la FAO.

Le 20 septembre, Mohammed VI et François Hollande avaient signé ''l'Appel de Tanger", une déclaration conjointe "pour une action solidaire et forte en faveur du climat".

LIRE AUSSI:

Galerie photoLa planète se réchauffe? Voici ce qui nous attend Voyez les images