ALGÉRIE
02/12/2015 10h:08 CET | Actualisé 02/12/2015 10h:08 CET

Le diesel coûtera 19,85 dinars et le super à 29,25 dinars, selon un agent agréé de Naftal

Archives

L’impact à la pompe, le 1er janvier prochain, des hausses de taxes décidées dans la LF 2016 sont finalement plus importantes au détail selon une projection d’un agent Naftal anticipant la note officielle de la filiale distribution de Sonatrach.

Le litre du gasoil va passer de 13,70 dinars à 19,85 dinars à partir du 1er janvier 2016 selon le calcul d’un agent agrée Naftal. Ce nouveau prix intègre l’augmentation de 1 dinar de la taxe sur les produits pétroliers et le passage du taux de 7% au taux ordinaire de 17% de la TVA sur la vente des carburants.

Ces hausses ont été décidées dans la loi de finance pour 2016 adoptée par l’assemblée populaire nationale (APN) le lundi 30 novembre. Selon le même calcul, le prix de l’essence super passera à 29,25 dinars au 1er janvier. Il est de 23 dinars.

Les députés ont symboliquement empêchement un passage du prix du gasoil au dessus des 20 dinars, en votant un amendement par lequel ils ont divisé par deux la hausse de la taxe sur les produits pétroliers concernant le gasoil prévue à 2 dinars dans le projet de loi de finances du gouvernement.

Le réseau de distribution des agents agrées de Naftal est dans l’attente de la confirmation de ces nouveaux prix, dans les prochains jours. Le dernier ajustement des prix à la pompe dans le réseau remonte au 1er janvier 2005.

Il était consécutif à une augmentation de la marge bénéficiaire des distributeurs, décidée par le ministre de l’énergie et des mines, Chakib Khelil, après que l’APN ait refusé une hausse des taxes sur les carburants notamment une taxe de 5 dinars sur le gasoil.

La facture gasoil en suspens

La volonté du gouvernement Sellal de réduire fortement l’écart des prix entre l’essence (raffinée en Algérie) et le gasoil, importé en partie entre 2010 et 2015, a été contrariée par le vote des parlementaires. L’écart de prix relatif entre les deux types de carburants est passé de 39% à 33% environ, alors que le projet de loi de finance tendait, à la faveur de la hausse, à le ramener à moins de 25%.

Le gasoil représentait 67% de la consommation de carburant en Algérie en 2014. Le solde cumulé des importations de gasoil par l’Algérie en 2012, 2013 et 2014 a atteint 5,7 milliards de dollars. Sonatrach a annoncé qu’elle cesserait d’en importer avant la fin de 2015 après l’entrée en production des raffineries d’Alger, de Skikda et d’Arzew après rénovation.

Le préjudice des exportations illégales de carburants algériens vers les pays voisins - Maroc et Tunisie principalement- était évalué à 700 millions de dollars en 2014.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.