MAROC
02/12/2015 06h:49 CET | Actualisé 02/12/2015 06h:50 CET

Enseignement en français dans les lycées: Benkirane désavoue Benmokhtar

DR

ÉDUCATION - L’annonce a été faite mardi par le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, lors de la séance mensuelle à la Chambre des conseillers. La note récemment adressée par le ministère de l’Education nationale aux directeurs de lycées et aux inspecteurs afin que l’enseignement des matières scientifiques de certaines filières se fasse en français, en remplacement de l’arabe, vient d’être annulée. Une décision que le site officiel du Parti justice et développement (PJD), s’est empressé de relayer.

Dans son allocution, le Chef du gouvernement, qui a dit avoir envoyé une lettre au ministre de l’Education nationale ajournant la note, a estimé que la réforme de l’éducation devrait passer par des chantiers plus prioritaires: il faut "rompre avec l’ancien système, supprimer le clientélisme et le favoritisme, cesser de se taire sur les dysfonctionnements que connaît l’éducation nationale, et alors, on pourra discuter du reste (la langue d’enseignement dans les écoles, ndlr)".

A peine annoncée, la décision du ministre de l’Education Rachid Benmokhtar avait suscité une vive polémique chez les défenseurs de l’arabe. Dans un communiqué, la coalition nationale pour la langue arabe au Maroc, avait considéré la note de Benmokhtar comme une "menace réelle pour la sécurité pédagogique et linguistique (…) un dénigrement des valeurs des Marocains et un projet qui va à l’encontre des textes de la Constitution".

Plusieurs ténors du PJD avaient également pris publiquement position en dénonçant l’emprise du "lobby francophone", expression à connotation péjorative largement utilisée par les défenseurs de la langue de Sibawaih.

LIRE AUSSI: