MAGHREB
28/11/2015 11h:41 CET | Actualisé 28/11/2015 11h:41 CET

Bassem Youssef en Tunisie: "J'ai toujours cru que la célébration de l'art et de la création est le meilleur moyen de lutte contre le terrorisme"

Facebook/Al Bernameg

Bassem Youssef anime ce samedi la cérémonie de clôture des Journées Cinématographiques de Carthages (JCC). L’animateur égyptien sera donc à l’honneur en Tunisie juste après avoir été modérateur lors de la cérémonie des Amy Awards à New York, aux Etats-Unis.

Convié par la direction du plus vieux festival de film arabe et africain (les JCC) comme figure symbolique de lutte contre la dictature et pour la liberté d’expression, Bassem Youssef a déclaré que les organisateurs de la cérémonie des Amy Award l’avaient choisi comme premier animateur non américain sur la base de son programme télévisé "Al Barnameg" et non pour ses origines.

Bassem Youssef a également expliqué que tous les pays du monde avaient besoin aujourd’hui de critique politique, même si certaines dictatures ne le permettent pas. D’après lui, les messages que l’on veut adresser au public passent mieux avec le sarcasme et la comédie.

Il a ajouté qu’il avait beaucoup d’admiration pour les Tunisiens qui, malgré l’attentat de Tunis et les menaces persistantes, ne cèdent pas à la panique et au chaos, mais qu’ils gardent même un rythme normal d’activités. "J’ai toujours cru que la célébration de l’art et de la création est le meilleur moyen de lutte contre le terrorisme".

Bassem Youssef s’est abstenu de toute critique du paysage médiatique en Egypte qu’il a qualifié ironiquement de "magnifique". Il a juste déclaré que cette période était critique dans son pays et que la pression exercée par le gouvernement limitait le champ d'action.

En s’exprimant sur ses projets d’avenir, Youssef a confié que les horizons qui se présentaient à lui actuellement étaient assez restreints et que rien n’était encore clair pour lui.

"Il y a quatre ans, j’étais médecin, il y a trois je ne me voyais pas monter sur scène, il y a un an je ne pensais pas revenir en Tunisie… Qui sait ce que l’avenir nous réserve? Dans cinq ans je serai peut-être astronaute", plaisante-t-il.

Il a finalement déclaré que selon lui, il était impossible de diffuser l’émission "Al Barnameg" à partir d'un autre pays car il sera facilement décrédibilisé, autant par le gouvernement que par les citoyens égyptiens avec qui il a une relation forte basée sur la proximité et la confiance.

LIRE AUSSI: Egypte: Bassem Youssef "fera son maximum" pour revenir sur le petit écran

Egypte: L'émission de Bassem Youssef suspendue, ses fans sous le choc

L'Egypte ne sait plus rire, Bassem Youssef arrête l'émission satirique Al Bernameg sur MBC

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.