MAROC
26/11/2015 10h:06 CET | Actualisé 26/11/2015 10h:09 CET

Québec: Le renforcement des activités de Bombardier au Maroc inquiète l'opposition

Pourquoi le renforcement des activités de Bombardier au Maroc passe mal au Canada
DR
Pourquoi le renforcement des activités de Bombardier au Maroc passe mal au Canada

AÉRONAUTIQUE - Le renforcement des activités de Bombardier au Maroc passe mal chez les rangs de l'opposition à Quebec. Mardi à New York, le président de ce fleuron canadien de l’industrie ferroviaire et aéronautique Alain Bellemare avait présenté un plan stratégique de cinq ans visant à redresser l'entreprise, avec à la clé un renforcement de ses activités dans ses usines situées au Maroc, au Mexique et en Inde.

Un plan de sortie de crise qui a dès le lendemain "créé un malaise dans les rangs des partis d'opposition", écrit Radio-Canada sur son site.

Pour le Parti Québécois (PQ), la Coalition avenir Québec (CAQ) et Québec solidaire (QS), le projet de délocalisation "n'augure rien de bon en termes de maintien et de création d'emplois au Québec".

Le chef de l'opposition officielle, Pierre Karl Péladeau, et le chef de la CAQ, François Legault, voient dans ce transfert "la preuve que Québec avait conclu une mauvaise entente avec Bombardier, sans aucune garantie de maintien des emplois au Québec".

Ces deux figures politiques font référence à un contrat récemment signé entre Bombardier et le gouvernement du Québec, dans lequel ce dernier s'était engagé à injecter dans le capital d’une co-entreprise de Bombardier, en pleines turbulences, 1 milliard de dollars en 2016.

En vertu de cet accord signé le 29 octobre, la multinationale s'était pour sa part "engagée à maintenir son siège social stratégique et ses activités de production et d'ingénierie au Québec pendant 20 ans", rappelle Radio-Canada.

Le groupe, qui a enregistré une perte de 4,9 milliards de dollars au troisième trimestre, dispose de 80 usines dans le monde dont une à Casablanca à la zone franche Midparc de Nouaceur, dédiée à l’aéronautique. Le géant canadien s'était engagé à investir 200 millions de dollars dans ce site, qui devrait compter 850 salariés d’ici à 2020, écrit l'Usine Nouvelle.

LIRE AUSSI:

Aéronautique: Figeac Aéro investit 25 millions d'Euros au Maroc