MAROC
26/11/2015 07h:34 CET | Actualisé 26/11/2015 07h:40 CET

Le générique marocain de traitement contre l'hépatite C bientôt dans les pharmacies

Le générique marocain contre l'hépatite C 100 fois moins coûteux pour les patients
DR
Le générique marocain contre l'hépatite C 100 fois moins coûteux pour les patients

MÉDECINE – Annoncé il y a plusieurs mois, le générique marocain de traitement contre l’hépatite C sera finalement disponible en pharmacie à partir du 10 décembre. Fabriqué dans le cadre partenariat public-privé par le laboratoire marocain Pharma 5, il devrait permettre aux 625.000 personnes touchées par cette maladie infectieuse transmissible par le sang d’avoir accès à un traitement à moindre coût.

Et pour cause, la boite de comprimés sera vendue à 3.000 dirhams, soit 9.000 dirhams le traitement. Un prix quasiment 100 fois moins élevé que celui de Sovaldi, le médicament princeps, médicament de référence (80.000 dollars, soit près de 800.000 dirhams le traitement).

Ce générique, commercialisé sous le nom SSB est administré aux patients pendant "une période de traitement de trois mois (contre neuf mois pour les autres traitements) avec moins d’effets secondaires", selon le ministère de la Santé. Le taux de guérison serait de 90%, affirme El Ouardi.

LIRE AUSSI:Généralisation de la prise de rendez-vous en ligne dans les hôpitaux publics à partir du 1er janvier 2016

En septembre 2014, le laboratoire pharmaceutique Gilead, qui commercialise le médicament princeps, avait annoncé avoir signé un accord de licence avec huit laboratoires, essentiellement basés en Inde, afin de fabriquer un générique à base de la même molécule, le sobosvubir, destiné à être commercialisé dans 91 pays dits "pauvres". Le Maroc n'en faisait toutefois pas partie, malgré la tentative du ministère de la Santé marocain de convaincre le géant pharmaceutique.

"Gilead avait dressé une liste de pays en voie de développement où le traitement de l’hépatite C était vendu à prix bas, mais a refusé de considérer le Maroc comme un pays aux moyens limités malgré le fait que je les ai contactés personnellement pour les convaincre, sans avoir de réponse en retour", a détaillé Houcine El Ouardi lors d’une conférence qui s’est tenue le mercredi 25 novembre au ministère de la Santé.

Autre bonne nouvelle: le nouveau traitement devrait être "bientôt" remboursable par l’assurance maladie obligatoire ainsi que pour les détenteurs de la carte Ramed.

"Plusieurs laboratoires marocains devraient travailler sur l’élaboration d’un traitement contre le cancer à l’horizon 2016" a annoncé El Ouardi, et offrir une alternative moins coûteuse aux malades.

Galerie photo SOS hôpitaux marocains en détresse Voyez les images