MAROC
21/04/2015 09h:33 CET | Actualisé 24/11/2015 14h:30 CET

Mamoun Bouhdoud, ministre délégué, fait la promotion du statut d'auto-entrepreneur

map

RÉFORME - Certains le disaient effacé, en retrait au sein d’un exécutif dans lequel les ministres prennent d’assaut les médias afin de vendre les projets de leurs départements.

Pourtant, depuis quelques mois, la "petite musique" du benjamin du gouvernement, Mamoun Bouhdoud, 32 ans, se fait entendre de plus en plus fort à travers une réforme aussi emblématique qu’essentielle pour l’économie marocaine: la création du statut d’auto-entrepreneur.

Celle-ci, bouclée en un temps record de 11 mois, devrait sortir dans les prochains mois des centaines de milliers de marocains de la clandestinité pour leur donner un statut et leur offrir une couverture sociale et médicale.

De l’avis de nombreux experts, ceci pourrait constituer une véritable "révolution" pour l’économie marocaine, même si des questions subsistent quant au champ d’application et aux ayants-droits.

Lors du récent sommet de l’OMC à Marrakech, l’économiste et professeur à l’ESSEC Hamid Bouchikhi a d’ailleurs estimé qu’elle pourrait constituer un "tournant" pour le royaume en libérant les initiatives privées et en favorisant l’intégration dans le circuit formel d’une population qui était jusque là laissée à la marge des grands chantiers économiques.

Il faut dire que depuis son arrivée surprise au sein du gouvernement à la faveur du remaniement de novembre 2013, l’action du ministre délégué a été caractérisée par une obsession unique: donner à son département une vocation d’exécution.

Pour ce polytechnicien taiseux, ancien banquier d’affaires au sein de Morgan Stanley qui a jusque là, "fuyait" les médias, faire la pédagogie des réformes qu’il conduit était un exercice qu’il a longtemps évité, affirmant vouloir se concentrer sur le cœur de la réforme et non sur sa promotion. C’est pourquoi son ministère a été logé dans les mêmes locaux que ceux de son ministre de tutelle, Moulay Hafid Elalamy.

L’objectif ? créer une "colonne de concertation permanente et une force d’action rapide en synchronisation avec le Plan d’Accélération Industrielle", selon les termes même employés par le ministre.

Bouhdoud semble toutefois avoir désormais compris qu’il lui est nécessaire de se mettre plus en avant, et sa voix se fait plus fréquente. Pour preuve, la longue interview qu’il a accordée aujourd’hui au quotidien "l’Economiste", afin de clarifier certains aspects de sa réforme qui ont fait débat.

Bouhdoud a donc multiplié les rencontres et les forums ces dernière semaines pour aller au contact du public et des prescripteurs d’opinion afin de promouvoir "sa" réforme.

"Le ministre sait que son mandat sera jugé à l’aune de la réussite du statut de l’auto-entrepreneur, et il sait aussi qu’il doit fendre l’armure s’il veut lui donner toutes les chances, c’est pourquoi il est de plus en plus présent sur le terrain de la communication", nous confie ainsi un haut responsable au sein de l’exécutif.

Gage de cette popularité grandissante, une page Facebook non officielle il y a quelques semaines au nom du jeune ministre a totalisé près de 10.000 fans en une journée, avant que le réseau social ne procède à sa fermeture, probablement à la demande de l’intéressé.

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.