MAGHREB
24/11/2015 16h:07 CET | Actualisé 24/11/2015 17h:09 CET

Hollande et Valls condamnent avec "la plus grande fermeté" l'attentat en Tunisie

French President Francois Hollande walk down the stairs from his plane  upon his arrival at Andrews Air Force Base, Md., Tuesday Nov. 24, 2015. Hollande will meet with President Obama at the White House. ( AP Photo/Jose Luis Magana)
ASSOCIATED PRESS
French President Francois Hollande walk down the stairs from his plane upon his arrival at Andrews Air Force Base, Md., Tuesday Nov. 24, 2015. Hollande will meet with President Obama at the White House. ( AP Photo/Jose Luis Magana)

François Hollande a condamné mardi "avec la plus grande fermeté" l'attentat qui a visé la Tunisie et fait 12 morts et le Premier ministre Manuel Valls a pour sa part expliqué que "toutes les démocraties sont dans la cible du terrorisme",

"Je condamne avec la plus grande fermeté ce lâche attentat qui vient de nouveau de frapper Tunis", selon un communiqué de l'Elysée.

"La France est plus que jamais aux côtés de la Tunisie, de ses autorités et de ses forces de sécurité, dans ces moments douloureux", écrit la présidence de la République, au sujet de cet attentat contre un bus de la sécurité présidentielle.

"A Tunis comme à Paris, c'est le même combat pour la démocratie contre l'obscurantisme", a fait valoir M. Hollande.

Au moins 12 personnes sont mortes et 16 autres ont été blessées dans cette explosion qui s'est produite en fin d'après-midi près de l'une des principales artères de la capitale, a dit à l'AFP un responsable du ministère de l'Intérieur.

LIRE AUSSI: Tunisie-Attentat à l'avenue Mohamed V: État d'urgence proclamé et couvre-feu décrété sur le grand-Tunis

Le Premier ministre Manuel Valls dans un entretien à Canal+, diffusé mardi soir, a aussi réagi en relevant que "toutes les démocraties sont la cible du terrorisme".


Valls : "C'est la démocratie tunisienne qui est de nouveau attaquée, nous devons la défendre

"La démocratie tunisienne est de nouveau attaquée, c'est la raison pour laquelle nous devons la défendre et comprendre que toutes les démocraties sont aujourd'hui dans la cible du terrorisme quel qu'il soit, et notamment de (l'organisation Etat islamique) Daech, a déclaré le chef du gouvernement sur le plateau du "Petit journal" sur Canal+.

"Pourquoi on attaque la Tunisie? Parce que c'est un exemple, c'est un printemps arabe réussi grâce à la jeunesse et au peuple tunisien. C'est le contre-exemple que certains veulent abattre, donc il faut soutenir cette démocratie qui fait face avec beaucoup de courage à de nombreux défis et notamment le défi terroriste", a-t-il dit.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.