MAROC
20/11/2015 07h:28 CET | Actualisé 20/11/2015 13h:16 CET

Attaque à Bamako: Les otages marocains sont sains et saufs

DR

PRISE D’OTAGE - Tout a commencé avec un tweet de Omar Dahbi, directeur du Groupe Maroc Soir (qui édite notamment Le Matin), publié à 10h05.

Une vingtaine de minutes après, L’Economiste envoie une alerte qui confirme que "deux Marocains font partie des 170 otages de l’hôtel Radisson à Bamako", ce matin au centre de la capitale malienne.

Selon les sources du quotidien, "il s’agit de Mustapha Ait Radi, responsable à l'entreprise Remorque Equipment et de Ouadie Lahlou, directeur à la BMCE Bank of Africa".

Nos confrères de Médias 24 ont révélé quelques minutes plus tard que Ouadie Lahlou a réussi à s'échapper de la prise d'otages. Dans les colonnes du journal, il livre le récit des évènements.

Toujours selon Médias 24, qui cite une source officielle, Monsieur Aït Radi, le deuxième Marocain qui se trouvait à l’hôtel Radisson à Bamako au moment de la prise d'otages, vient d'être libéré.

Ce qui signifie qu'aucune victime marocaine à déplorer dans la prise d'otages de Bamako.

Plus tôt dans la journée, les forces spéciales avaient lancé l'assaut, les premiers otages libérés. "Nos forces spéciales ont libéré une trentaine d'otages et d'autres ont pu s'échapper tout seuls", avait déclaré à l'AFP le ministre de la Sécurité", le colonel Salif Traoré, sans autre précision.

Le directeur du Groupe Maroc Soir, joint par le HuffPost Maroc, avait déclaré quelques heures plus tôt qu’"une rencontre BtoB était organisée par BMCE et Maroc export (…) ils (les membres de la délégation) ont quitté hier (le Mali), mais il y a des hommes d'affaires qui sont restés là-bas et d'autres qui y étaient à titre individuel et qui ne faisaient pas partie de l'expédition ".

LIRE AUSSI:Fusillade en cours dans l'hôtel Radisson à Bamako au Mali

IBK de retour à Bamako

Une fusillade était en cours vendredi 20 novembre dans la matinée à l'hôtel Radisson de Bamako, au centre de la capitale, devant lequel les forces de l'ordre ont établi un périmètre de sécurité, avait constaté un journaliste de l'AFP sur place.

Le propriétaire de l'hôtel, contacté par Jeune Afrique, avait affirmé que trois individus se sont introduits dans l'hôtel vers 7h du matin. Ils auraient réussi à passer à travers les fouilles et la sécurité en arrivant dans "un véhicule portant des plaques diplomatiques". Une information confirmée par une source sécuritaire malienne à l'AFP.

Ibrahim Boubacar Keïta, qui se trouve à N'Djaména au Tchad pour le sommet du G5 Sahel, a écourté son séjour pour regagner Bamako dans les prochaines heures.

Galerie photo Ces Marocains à la conquête de l'Afrique Voyez les images