MAROC
20/11/2015 04h:18 CET | Actualisé 20/11/2015 05h:44 CET

Attentats de Paris: Quel rôle ont joué les renseignements marocains?

Attentats de Paris: Quel rôle ont joué les renseignements marocains?
DR
Attentats de Paris: Quel rôle ont joué les renseignements marocains?

SÉCURITÉ - Quel rôle ont joué les renseignements marocains? Comment ont-ils collaboré avec les forces de l'ordre lors de l'opération menée à Saint-Denis? Dans quelle mesure ont-il facilité la tâche à leurs homologues français? Éléments de réponse.

"Nos services ont été très présents et même décisifs dans l’assaut de mercredi à Saint-Denis et les récentes arrestations à Molenbeek". Pour Hassane Saoudi, expert sur les questions de sécurité contacté par le HuffPost Maroc, "le Maroc a joué un rôle primordial (dans sa coopération avec les renseignement français, ndlr). C’est un cas d’école pour montrer que la coopération régionale et internationale est une nécessité absolue".

Deux informations capitales

Dans quelle mesure les renseignements marocains ont-il facilité la tâche à leurs homologues français? Mardi 17 novembre, Panorapost, citant une source sûre, indiquait que "les services marocains ont transmis à leurs homologues français deux informations capitales, le soir même des attentats de Paris: que les terroristes viennent de Belgique, et que Salah Abdeslam, le terroriste recherché en France, en Belgique et en Europe a pu quitter le soir même Paris et s’est rendu en Belgique."

De quels services de renseignements parle-t-on? "Il s’agit aussi bien du service de renseignement de l’intérieur que de l’extérieur, puisque les deux fonctionnent en couple. Dans le domaine de la lutte anti-terroriste, le renseignement militaire, intérieur (DGST, BCIJ et DGED) et extérieur travaillent ensemble. Cela permet de cerner les problèmes et de faire face à la menace terroriste, grâce à un travail d’anticipation", explique au HuffPost Maroc le colonel Hassane Saoudi.

LIRE AUSSI:Attentats de Paris: Eléments d'analyse d'une opération d'envergure

Un attentat déjoué grâce aux renseignements marocains?

Mercredi 18 novembre, le360, que l'on sait bien informé sur les questions de sécurité, soulignait que les services de renseignements marocains ont fourni les informations nécessaires à leurs homologues français pour déterrer les terroristes retranchés à Saint-Denis", et que "c’est sur la base de ces renseignements que l’assaut de ce matin a été lancé".

Une version confirmée par le quotidien arabophone Akhbar Al Yaoum dans son édition de jeudi, mais également par l’agence Reuters, qui, citant des sources policières, ajoutait que "les djihadistes présumés contre lesquels les forces de l'ordre ont donné l'assaut mercredi matin à Saint-Denis projetaient un attentat jeudi dans le quartier de La Défense" et que "l'information sur de nouvelles cibles a notamment été fournie par les services de renseignement marocains, dont quatre représentants étaient présents mardi à une réunion avec ces chefs de service".

Bernard Cazeneuve, ministre français de l'Intérieur, a indiqué jeudi que les informations qui ont permis de localiser Abdelhamid Abaaoud, cerveau présumé des attentats de Paris, "ont été fournies par un pays non-européen".

LIRE AUSSI:Abdelhamid Abaaoud, le Belge d'origine marocaine, organisateur présumé des attentats de Paris, est mort dans l'assaut de Saint-Denis

Après une année de brouille diplomatique entre le Maroc et la France, durant laquelle la coopération judiciaire et sécuritaire avait été suspendue, les relations franco-marocaines ont repris leur cours normal en janvier 2015.

Selon un récent rapport du Conseil des droits de l'homme des Nations unies, les services de renseignement marocain sont classés plus puissante organisation de renseignement de la région MENA (Afrique du Nord et Moyen-Orient).

"Nous sommes dans une école d’anticipation très aboutie, et disposons de services préventifs qui agissent sur l’humain, contrairement à d‘autres institutions de renseignement qui sont dans le technologique. Nous arrivons à allier les deux, ce qui est essentiel au niveau de l’approche. Nous avons aussi un décloisonnement des structures de renseignement qui permet un travail transversal, c’est-à-dire un partage de l’information et une collaboration horizontale", explique le colonel Hassane Saoudi.

Galerie photo Sit-in de solidarité avec la France à Casablanca Voyez les images