17/11/2015 11h:07 CET | Actualisé 17/11/2015 11h:07 CET

CFC News: La semaine économique et financière au lundi 16 novembre 2015

FINANCE – L'Afrique est en marche! Entrepreneuriat, investissements chinois et collaborations internationales : Tour d’horizon de l’actualité économique et financière s’achevant ce lundi 16 novembre 2015.

Entrepreneuriat : Le Maroc, 6ème pays africain où il fait bon entreprendre

L’institution londonienne Global Entrepreneurship and Development Institute (GEDI) a publié le 13 novembre son "Global Entrepreneurship Index 2016" qui classe les pays selon les conditions entrepreneuriales. En Afrique, l’Afrique du Sud, la Tunisie et le Bostwana sont sur le podium des pays africains où il fait bon entreprendre.

Le Maroc vient se classer 6ème pays africain du classement devançant par la même des économies importantes comme le Nigéria et l’Egypte confirmant la bonne santé et le dynamisme du royaume chérifien comparé au continent. Au niveau du classement total, le Maroc 78ème sur 132 au général.

A la 52ème position au niveau mondial, l’Afrique du Sud est également en tête des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Af. Du Sud) dans le classement.

Les Etats-Unis, le Canada et l’Australie occupent les premières places du classement tandis que les dernières places sont occupées par des pays africains (Burkina Faso, Madagascar, Sierra Leone, Mauritanie, Malawi, Malawi, Burundi, Chad).

L’index vise à évaluer la qualité et les dynamiques des systèmes d’entrepreneuriat via de nombreux critères, dont la perception de l'entrepreneuriat par la société, les compétences en matière de création de start-up, le niveau d’usage d’Internet, le niveau de corruption, la liberté économique et la profondeur du marché des capitaux.

"Notre indice donne aux décideurs un outil pour comprendre les forces et les faiblesses entrepreneuriales de leur pays, leur permettant ainsi de mettre en œuvre des politiques qui favorisent l'esprit de l'entreprise productive", explique le GEDI.

Chine-Zambie: 30 entreprises chinoises prévoient jusqu’à 1 milliard $ d’investissement dans un parc industriel à Lusaka

Une trentaine d’entreprises chinoises projettent de construire un parc industriel à la périphérie de la capitale zambienne Lusaka. L’opération requerrait un premier investissement de 300 millions de dollars suivi d’autres investissements jusqu’à atteindre 1 milliard de dollars d’après des propos de Zou Lin, un des dirigeants des entreprises concernées, recueillis par l’agence Reuters.

Plusieurs domaines vont bénéficier de ces investissements parmi lesquels l’assemblage de bicyclettes, les télécommunications, la fabrication de pompes à eau selon Zou Lin. Le parc de 1000 hectares accueillera également des entreprises chinoises dont l’activité recoupe le commerce international, l’industrie médicale, l’emballage, l’agriculture et le tourisme.

Au cours des dix dernières années, la Zambie, le deuxième plus important producteur de cuivre en Afrique, a reçu de nombreux investissement de la part d’entreprises chinoises dans les secteurs miniers notamment. En 2014, ces investissements s’élevaient à près de 2,6 milliards de dollars.

Rappelons que les échanges commerciaux entre la Chine, premier partenaire commercial de l’Afrique, et le continent africain s’élèvent à près de 300 milliards en 2015 selon l’agence de presse Chine Nouvelle, soit 30 fois les 10 milliards d’investissements de l’année 2000.

Le Tchad rejoint la banque panafricaine Afreximbank

Un communiqué du 12 novembre de la Banque Africaine d’Import-Export (Afreximbank) annonce que le Tchad devient le 38ème membre de la banque africaine d’import-export. L’institution panafricaine qui promeut et finance les échanges commerciaux intra- et extra-africain permettra au Tchad d’accéder à ses services de financement du commerce.

Le Tchad va pouvoir faire bénéficier ses entreprises des secteurs public et privé des facilités de crédit de l’institution qui annonçait fin-janvier dernier avoir mobilisé près de 8 milliards de dollars « dans le cadre de son programme de syndication afin de supporter le développement et le financement des projets d’infrastructures en Afrique ». Depuis 1994, Afreximbank a validé près de 35 milliards de dollars de facilités de crédit pour les entreprises africaines, dont environ 4,5 milliards de dollars en 2014.

L’adhésion du Tchad doit encore être finalisée, la procédure se répartissant en deux phases : dans un premier temps les pays souhaitant devenir membre sont invités à émettre un instrument d’approbation à l’Accord portant création de la Banque selon les termes de l’Accord d’Abidjan de 1993, puis dans un second temps les pays ratifient l’Accord d’Etablissement afin d’activer pleinement leur statut d’Etat membre au sein de la Banque.

Le pays s'est engagé à cet effet à prendre toutes les dispositions nécessaires pour la ratification officielle de l'Accord

Membres d’Afreximbank: Angola, Bénin, Botswana, Burkina Faso, Cameroun, Cap Vert, Côte d’Ivoire, Égypte, Éthiopie, Gabon, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée Bissau, Kenya, Libéria, Malawi, Mali, Mauritanie, Ile Maurice, République Démocratique du Congo, Maroc, Namibie, Niger, Nigéria, République du Congo, Rwanda, Sénégal, Seychelles, Sierra Leone, Soudan, Tanzanie, Tunisie, Ouganda, Zambie, Zimbabwe.

Nigéria : Aliko Dangote se retire du conseil d’administration de Dangote Flour Mills

Après que son actionnaire majoritaire le sud-africain Tiger Brands ait interrompu son financement de la filiale Dangote Flour Mills (DFM), le multi-milliardaire Aliko Dangote a annoncé son retrait du conseil d’administration, suivi de trois autres directeurs de la compagnie nigériane.

En 2012, Tiger Brands était devenu actionnaire majoritaire de DFM à hauteur de 63,35%soit 181,9 millions de dollars, dans le cadre de la stratégie de diversification de la firme selon Aliko Dangote. Si l’acquisition semblait surtout avoir pour objectif le sauvetage de DFM, les mauvais résultats de la firme nigériane depuis 2013 ont finalement abouti à l’interruption de son financement.

Aliko Dangote détient toujours 10% de la compagnie. Le leader africain de l’agroalimentaire a indiqué qu’il «explorait présentement plusieurs alternatives liées à son investissement dans DFM».

Par ailleurs, la compagnie changera de nom et s’appellera désormais Tiger Branded Consumer Goods Plc.