ALGÉRIE
16/11/2015 05h:47 CET | Actualisé 16/11/2015 06h:10 CET

Le juge Marc Trévidic pointe des défaillances politiques: "On a laissé le monstre Daech devenir hyperpuissant"

Le juge Marc Trévidic.
AFP
Le juge Marc Trévidic.

Le juge d’instruction français Marc Trévidic connaît bien les djihadistes et l’organisation des groupes terroristes pour avoir dirigé pendant dix ans le Pôle judiciaire antiterroriste chargé notamment de la lutte contre les réseaux islamistes. Homme de terrain, il a vu naître et grandir l’Etat islamique en ne cessant d’alerter sur les dangers de laisser un tel monstre se développer.

Au lendemain des sanglantes attaques de Paris de vendredi qui ont fait 129 morts et 352 blessés selon un bilan provisoire, il a été interrogé par de nombreux médias français. Au-delà de son précieux éclairage sur le fonctionnement de Daech, il y livre une analyse claire et directe répétée depuis des années.

"Le terrorisme n’a jamais été un simple problème de sécurité et de surveillance, il nécessite de s’attaquer aux causes du mal à savoir le phénomène de la radicalisation et sur ce terrain-là, la France n’a rien fait depuis dix ans".

Un ennemi incroyablement puissant et déterminé

Pour l’ancien juge antiterroriste, les attentats spectaculaires de Paris ne sont pas une surprise. "Tout le monde savait que Daech préparait des attaques de plus grande envergure en Europe", a déclaré Marc Trévidic sur le plateau de BFM TV.

Avec un tel nombre de recrues et une telle sophistication de l’infrastructure, il était sûr que Daech allait passer à un niveau supérieur, relève Marc Trévidic en soulignant que c’est le propre du terrorisme de monter d’un cran à chaque fois.

Si bien que même si la France savait, elle n’aurait pas pu éviter ces attaques. "En trois ans, Daech est devenu un groupe très performant avec des relais partout en Europe: des hommes à eux qui les accueillent, qui leur donnent des armes. Quand on arrive à ce stade-là, nous, nous sommes dépassés", témoigne Marc Trévidic.

"Et malheureusement, on a laissé ce groupe terroriste devenir aussi puissant que ça", regrette-t-il.

Une responsabilité collective

"Qui pouvait penser que le monde allait permettre la création d’un groupe terroriste pareil, aussi puissant, alors qu’on avait eu l’exemple d’Al Qaïda avec les talibans", interroge dépité Marc Trévidic sur le plateau de France 2.

"Pendant trois ans, on les a laissé grossir et devenir hyperpuissant", a-t-il déclaré. Dans cette politique du monde, note-t-il, "on a pointé du doigt les histoires de la Russie (qui) protège untel…. Mais on n’a rien fait grosso-modo".

Et de conclure, agacé : "C’est toujours la même histoire, on laisse un monstre se développer et puis on se dit "oh, il y a un monstre"!

"On est copain avec des gens qui ont des idéologies salafistes"

A présent que la France et le monde entier se retrouvent victimes de plus en plus régulièrement et fortement des attaques de l’organisation de l’Etat islamique, les réactions et mesures se multiplient. Mais, prévient, le juge Marc Trévidic, les réponses ne peuvent pas être que d’ordre sécuritaire. Il faut aussi s’attaquer en même temps aux causes du mal.

"Pendant dix ans, la France n’a rien fait, rien du tout, sur le terrain des causes : on faisait rien en maison d’arrêt, on faisait rien dehors, on faisait rien pour empêcher les sites internet djihadistes de venir dans tous les foyers", rappelle Marc Trévidic sur France 2.

"Donc maintenant on est en train de tout traiter en même temps : l’aspect sécuritaire à court terme mais il faut aussi traiter à long terme sur dix ans, le phénomène de la radicalisation".

L’ancien juge antiterroriste a ainsi estimé sur BFM TV, que la seule question à se poser à présent est : est-ce que la lutte va rester judiciaire ou elle va changer de nature ? En pensant, en particulier, à la stratégie diplomatique.

"Car il faut aussi être carré et droit dans ses bottes", a-t-il affirmé, en pointant le paradoxe total "des sociétés modernes" : "On est copain avec des gens qui ont des idéologies très proches des salafistes", souligne Marc Trévidic qui vise l’Arabie Saoudite.

"Le wahhabisme a diffusé cette idéologie salafiste sur la planète depuis le conflit en Afghanistan en 1979 grosso modo", rappelle-t-il.

LIRE AUSSI:La guerre d'Hollande

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.