16/11/2015 11h:53 CET | Actualisé 16/11/2015 11h:53 CET

Les salariés de la Samir organisent une marche à Mohammedia

Les salariés de la Samir organisent une marche à Mohammedia
DR
Les salariés de la Samir organisent une marche à Mohammedia

RAFFINERIE - Les promesses faites par Mohammed Al Amoudi, patron de Corral Petroleum Holdings qui détient les deux tiers de la Samir, n’ont finalement pas été tenues. Lors de l’assemblée générale extraordinaire de la Société anonyme marocaine de l'industrie du raffinage (Samir), le milliardaire saoudien s’était en effet engagé à injecter dans les caisses de la raffinerie 6,7 milliards de dirhams avant le 15 novembre. Mais comme le révèle Médias 24, Al Amoudi n’a pas effectué le versement promis.

"On s’y attendait un peu", martèle Houcine El Yamani, le secrétaire général du syndicat des industries du pétrole et du gaz, relevant de la CDT, joint par le HuffPost Maroc.

"La crise remonte à plus loin qu’août dernier (date à laquelle la Samir a stoppé toute activité de raffinage, ndlr). Les ennuis ont commencé avec la privatisation de la Samir en 1997", poursuit-il.

LIRE AUSSI:Scénario catastrophe: Et si la Samir venait à disparaître?

"Mauvaise gestion"

Pour faire entendre la voix des 960 salariés du site, "en l’absence de solution concrète de la crise à laquelle fait face la Samir", le front syndical de la Samir, constitué du syndicat des industries du pétrole et du gaz et de trois centrales syndicales (CDT, FDT et UNMT), vient d'annoncer dans un communiqué "l’organisation d’une assemblée générale jeudi 19 novembre, ainsi qu’une marche locale à Mohammedia (ville où est implantée le raffineur) samedi 28 novembre à 16h.

Dans son communiqué, le front, qui estime que la crise de la Samir est "le résultat de la mauvaise gestion de la direction générale l’entreprise", appelle l’Etat marocain à "prendre ses responsabilités à travers une approche économique globale", pour ainsi "protéger les droits des travailleurs" de la raffinerie.