MAGHREB
16/11/2015 13h:28 CET

Attentats de Paris: La déclaration de guerre d'Anonymous est contre-productive

La déclaration de guerre au groupe État islamique (EI) lancée par un groupe de piratage informatique d'Anonymous pourrait être contre-productive et gêner l'enquête, a déclaré lundi à l'AFP Olivier Laurelli, blogueur expert en sécurité informatique.

« La guerre est déclarée », annonce à l'EI un membre du groupe Anonymous via des vidéos. Masqué et la voix modifiée, un militant promet « de très nombreuses cyberattaques ».

Ce message vise les sites et comptes sur les réseaux sociaux liés à l'État islamique qui a revendiqué les attentats de Paris responsable d'au moins 129 morts et 352 blessés, vendredi.

« Anonymous est en guerre avec Daech », acronyme arabe du groupe État islamique, a publié sur Twitter un compte nommé @GroupAnon d'Anonymous. Le message a été retwitté plus de 3 400 fois.

« Les jeunes s'identifient, ils ont l'impression de pouvoir agir, mais c'est contre-productif », explique Olivier Laurelli. « C'est plus gênant pour les forces de police qu'autre chose. »

Pour lui, « faire fermer ces comptes, c'est rendre les services de police sourds et aveugles sur certains trucs ».

Les données des comptes Twitter peuvent être des sources d'informations pour les autorités qui cherchent à en exploiter, notamment, les données géographiques. « C'est intéressant de savoir que tel compte est en France, tel autre en Syrie ou en Irak », explique le blogueur.

Sur les réseaux sociaux, les liens entre les personnes peuvent également être intéressants. « Si on voit qu'une personne, qui a été mise en cause lors des attentats, était en relation avec telle autre personne, c'est très intéressant pour les services de police », note Olivier Laurelli.

« Les Anonymous du monde entier vont vous traquer », déclare sur la vidéo la personne qui se revendique comme appartenant au collectif des Anonymous.

« Anonymous, il n’y a pas de carte de membre », rappelle Olivier Laurelli. « N'importe qui peut se déclarer Anonymous ».

« Twitter s'est empressé de faire fermer une bonne partie des comptes, je ne sais pas si c'est une bonne idée », s'interroge Olivier Laurelli, alias Bluetouff.

Le groupe a également diffusé sur Twitter la liste de 9 200 comptes liés à l'État islamique, une liste sortie d'abord en mars dernier et qui a émergé de nouveau ce week-end. « Un compte fermé, c'est un compte rouvert derrière », note Olivier Laurelli.

En revanche, « ce qui serait intéressant, c'est de comprendre comment ils fonctionnent au niveau des communications privées sur Internet », note l'expert. « Certains utiliseraient le réseau de chat de communication de PlayStation pour passer un peu sous les radars », relève-t-il.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.