13/11/2015 07h:03 CET | Actualisé 30/11/2015 11h:17 CET

Politique énergétique: Le Maroc a encore du chemin à faire selon un rapport du Conseil mondial de l'énergie

Politique énergétique: Le Maroc a encore du chemin à faire selon un rapport du Conseil mondial de l'énergie
Politique énergétique: Le Maroc a encore du chemin à faire selon un rapport du Conseil mondial de l'énergie

ÉNERGIE - Le Maroc est-il sur la bonne voie en matière de politique énergétique? Dans le rapport 2015 du Conseil mondial de l’énergie (CME), qui classe 130 pays en fonction de leur capacité à fournir des politiques énergétiques durables selon différents critères, le royaume figure encore en bas du classement, mais fait des progrès.

Selon l’Energy Trilemma Index 2015, qui analyse la politique énergétique des pays en fonction de leur sécurité énergétique (efficacité de l’approvisionnement et fiabilité des infrastructures), de l’équité en matière d’énergie (accessibilité de l’énergie pour la population), et de la durabilité environnementale (approvisionnement en énergies renouvelables), le Maroc arrive à la 100e place du classement.

La Suisse, la Suède, la Norvège, le Royaume-Uni et l’Autriche figurent dans le top 5 du classement. Le Yémen, la Moldavie, le Liban, le Sénégal et le Bénin sont en queue de peloton. Au niveau régional, le Maroc se situe derrière l’Algérie (57e) et la Tunisie (71e) mais devant la Mauritanie (118e) et la Libye (120e).

Le royaume fait cependant un bond de onze place par rapport à l’année dernière. "Cette hausse est due en grande partie à une augmentation de la sécurité énergétique, qui reste néanmoins une des faiblesses du Maroc", note le rapport. Le pays est ainsi passé de la 118e place à la 102e place en matière de sécurité énergétique.

A noter que le royaume doit bientôt se doter d'une agence de sûreté et de sécurité nucléaires et radiologiques, selon le projet de décret approuvé début septembre par le gouvernement.

Encore trop dépendant

"Le pays doit toujours faire face à une consommation totale d’énergie défavorable par rapport à sa production qui connaît une nouvelle baisse cette année (le pays ne produit que 5% de l’énergie qu’il consomme)", précise encore le rapport. Le Maroc, qui reste très dépendant des combustibles fossiles, a néanmoins entrepris depuis 2009 un vaste programme d’énergie solaire.

La construction d’une immense centrale solaire à Ouarzazate, dont la première phase de travaux devrait s’achever à la fin du mois, vise ainsi à réduire la dépendance énergétique du royaume afin de couvrir, à l’horizon 2020, 42% de ses besoins énergétiques via les énergies renouvelables.

En terme d’équité énergétique, le pays figure à la 77e place du classement, en recul par rapport à l’année dernière (72e place). Enfin, en matière de durabilité environnementale, le Maroc est remonté dans le classement, passant de la 96e à la 89e place.

"L'atténuation de son impact sur l'environnement continue d'être un défi pour le Maroc, alors que le pays fait face à des niveaux élevés de pollution et à l'augmentation des émissions et des niveaux d'intensité énergétique", indique le rapport.

Galerie photo La première maison auto-suffisante en énergie d'Australie Voyez les images

LIRE AUSSI: