MAROC
13/11/2015 12h:59 CET | Actualisé 13/11/2015 13h:06 CET

La Coalition nationale pour la langue arabe au Maroc critique l'enseignement scientifique en français dans les lycées

DR

LANGUES - A peine annoncée et déjà sujet à controverses. La décision récemment prise par le ministère de l’Education nationale d’utiliser le français comme langue d’enseignement pour les matières scientifiques dans certaines filières au lycée, suscite une vive polémique chez les défenseurs de la langue arabe.

Dernier à être monté au créneau: la coalition nationale pour la langue arabe au Maroc, qui dans un communiqué fustige cette décision qu’elle considère comme une "menace réelle pour la sécurité pédagogique et linguistique (…) un dénigrement des valeurs des Marocains et un projet qui va à l’encontre des textes de la Constitution".

LIRE AUSSI: Lycée: Les matières scientifiques de certaines filières désormais enseignées en français

Cette association, toujours prompte à détecter des "manœuvres orchestrées ayant pour objectif de rétrécir la place de la langue arabe dans les médias nationaux" (elle avait en effet condamné la série humoristique ramadanesque en darija-arabe Al Khawasser diffusée sur 2M), appelle le gouvernement à annuler cette note adressée par le ministère de l’Education nationale aux directeurs de lycées, et appelle au "respect de l’identité marocaine et des textes de la Constitution". Mais aussi à leur protection du "lobby francophone", expression à connotation péjorative largement utilisée par les défenseurs de la langue de Sibawaih.

Même son de cloche chez l’idéologue religieux Ahmed Raïssouni, vice-président de l'Union internationale des oulémas musulmans, qui dans un texte publié sur les réseaux sociaux, a vivement critiqué le ministre de l’Education nationale Rachid Rachid Benmokhar. Lequel "ne rate pas une occasion pour mépriser l’arabe au profit du français", écrit l'ancien chef du Mouvement de l'unicité et de la réforme (MUR).

LIRE AUSSI: