ALGÉRIE
12/11/2015 13h:47 CET | Actualisé 13/11/2015 04h:46 CET

La Banque maghrébine d'investissement devrait être lancée avant la fin 2015

DR

La Banque maghrébine d'investissements et de commerce extérieur (BMICE) pourrait être lancée avant la fin 2015. Selon Kouider Lahoual, expert à la direction des affaires économiques de l'Union du Maghreb Arabe (UMA), la BMICE, en instauration depuis plus de 15 ans, siégera à Tunis avec un capital fixé à 500 millions de dollars, a rapporté le quotidien francophone Liberté.

Tous les pays, dont la Mauritanie dernièrement, ont payé leurs souscriptions de démarrage. M. Louhal, qui a précis que le cadre juridique et réglementaire est quasiment finalisé en attendant l'accord politique, a indiqué que l'UMA est actuellement "dans les préparatifs de la tenue de l'Assemblée générale constitutive" de cette banque, dont la mise en place "donnera un élan à l'intégration économique maghrébine", rapporte la même source.

Le responsable à la direction des affaires économiques de l'UMA a révélé que 50 à 80 réunions d'experts et de commissions ministérielles étaient organisées par an. "Le travail sur le plan technique" pour la mise en place de cet établissement "ne s'est jamais arrêtée" depuis le lancement du processus, a-t-il déclaré.

La Banque maghrébine d'investissements et de commerce extérieur (BMICE) "permettra le financement de certains projets entre les pays de l’Union maghrébine", qui comprend la Mauritanie, le Maroc, l'Algérie, la Tunisie et la Libye.

Le même responsable a évoqué le lancement prochain d'une étude de faisabilité sur le train Trans-Maghreb, la recherche du financement pour une étude du TGV maghrebin et la finalisation des tronçons nationaux de l'autoroute maghrébine.

LIRE AUSSI: Une ligne TGV reliant l'Algérie, la Tunisie et le Maroc verra bientôt le jour

Le taux des échanges inter-maghrébins ne dépasse pas 3,5%. La "région la moins intégrée de l'Afrique" selon les termes de Kouider Louhal peine à instaurer un espace économique commun, ce qui coûte entre 2 et 3% du PIB par an.

Pourtant, "nous avons tout ce qu’il faut pour être la région la plus intégrée du monde: pétrole, gaz, agriculture, ressources humaines, sans oublier l’identité culturelle commune", a de son côté fait remarquer Habib Benyahia, secrétaire général de l’UMA, rapporté par le même quotidien.

LIRE AUSSI:

Michel Camdessus raconte le FMI et le Maghreb : "L'Algérie et sa double tare"

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.