MAROC
11/11/2015 11h:44 CET | Actualisé 11/11/2015 12h:04 CET

L'école Mohammadia d'ingénieurs à l'heure de l'hyper-connectivité

Lahcen Daoudi, ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres
DR
Lahcen Daoudi, ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres

INTERNET - L’école Mohammadia d'ingénieurs est désormais hyper-connectée. Le plus ancien établissement d’ingénierie du Maroc a tenu mercredi 11 novembre une conférence de presse pour annoncer le lancement du projet "Smart Campus". Une opération qui va permettre à ses 2.000 étudiants de bénéficier d’un accès Wi-Fi "rapide et fiable" dans la quasi-totalité des bâtiments de l’école.

En tout, 44 bornes ont été installées au sein de l’établissement, garantissant ainsi une couverture à 80 % sur l’ensemble des locaux. Les dortoirs du campus ainsi que les salles de classe seront également munis d’un accès à Internet.

"Notre objectif est de permettre une accessibilité généralisée aux outils et ressources éducatives de n’importe quel périphérique PC, tablette ou mobile, notamment via la mise en réseau des cours et la bibliothèque électronique", a déclaré Samir Benmakhlouf, directeur général de Microsoft Maroc et partenaire de l’initiative.

Une mesure qui vise à mettre un terme aux obstacles auxquels étaient contraints les étudiants: "avant ce projet, l’accès à Internet dans l’école était fixe, ce qui signifiait que la navigation sur Internet ne pouvait se faire que dans certaines zones", ajoute le DG de Microsoft Maroc.

Une dimension nationale

"Smart Campus" s’inscrit dans le cadre d'un plan national qui prévoit d’équiper toutes les écoles et universités marocaines d’un accès aux dernières technologies. Depuis juillet dernier, l’université Cadi Ayad à Marrakech dispose d'ailleurs d’un accès généralisé à la connexion Wi-Fi pour ses étudiants et enseignants-chercheurs. Un projet qui résulte d’une collaboration entre Microsoft et le ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, et qui devrait permettre une "meilleure intégration dans le marché de l’emploi", selon Lahcen Daoudi, ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, présent lors de la conférence.

LIRE AUSSI: