09/11/2015 09h:50 CET | Actualisé 09/11/2015 10h:03 CET

77 milliards de dirhams d'investissement, 120.000 emplois créés, des centaines de kilomètres d'autoroute... Le nouveau visage des provinces du sud

INVESTISSEMENTS - Les chiffres donnent le tournis. 77 milliards de dirhams pour financer de nouveaux projets de développement dans les provinces du sud, 120.000 emplois créés, plusieurs centaines de kilomètres d'autoroute…au lendemain du discours du roi pour le 40e anniversaire de la marche verte, le ministre de l'Economie et des finances, Mohamed Boussaid, a présenté samedi à Laâyoune les grandes lignes du nouveau programme de développement des provinces du sud. De l’industrie à l’agriculture en passant par le tourisme et la santé, plusieurs secteurs sont concernés.

A commencer par l’industrie, à travers la réalisation par Phosboucraâ, filiale de l’OCP, d’un nouveau complexe industriel pour la production d’engrais ainsi qu’une technopole pour un investissement total de 19 milliards de dirhams.

Au programme aussi, le développement du secteur agricole. Ainsi, des projets de valorisation agricole sont prévus dans la région de Dakhla sur une superficie de 5 ha, avec à la clé la création de 11.000 emplois. Budget consacré à cette opération ? 1,3 milliard de dirhams. La province de Boujdour bénéficiera, elle, de projets d'aménagement (dessalement des eaux de la mer) sur une superficie de 100 ha pour un coût de 465 millions dirhams.

Pour promouvoir l'agriculture solidaire, il est prévu la réalisation de 50 projets pour un coût de 1,5 milliard dirhams. Ces projets profiteront à une population estimée à 16.800 personnes.

Afin de valoriser les produits de mer et de la pisciculture, il sera procédé à la réalisation de projets dans la région Dakhla-Oued Eddahab permettant la création de 8.000 postes d'emploi pour un investissement global de 4,9 milliards de dirhams.

lIRE AUSSI:Quel dessein pour les provinces du sud marocaines?

Sur le front du tourisme (écologique), le ministre a mis en lumière la création d'un nouveau pôle touristique et le lancement d'une offre touristique alliant mer, Sahara, culture et dimension écologique. Ce programme touristique prévoit la création de 84 projets pour des investissements estimés à 2,1 milliards dirhams.

Au menu également, la construction d'un Centre hospitalier universitaire (CHU) à Laâyoune pour un coût de 1,2 milliard dirhams, ce qui portera le nombre de CHU que compte le Maroc à huit (Cinq sont opérationnels, deux en chantier à Agadir et Tanger).

Un Technopole sera également lancé dans la région de Foum El Oued pour une enveloppe de 2 milliards de dirhams, et sera voué à la formation, et le développement de l'innovation technologique et culturelle.

Un barrage sera réalisé à Oued Noun, province de Guelmim, pour faire face au déficit en matière d'approvisionnement en eau potable, mobiliser les ressources hydriques nécessaires pour l'irrigation des terres agricoles et contribuer à la protection de la région d'éventuelles inondations.

Concernant les nouvelles technologies, la couverture de la téléphonie mobile (deuxième, troisième et quatrième générations) sera renforcée et étendue pour un coût de près de 1 milliard dirhams. De nouvelles connexions via fibres optiques sont notamment prévues.

Une route atlantique rapide Tiznit-Laâyoune-Dakhla sera construite afin de relier les provinces du sud aux autres régions du Maroc. Ce projet sera réalisé en deux tranches, la première nécessitant des investissements de l'ordre de 8,5 milliards dirhams.

Il est enfin prévu la construction du port sur la façade atlantique pour un coût de 6 milliards dirhams.

LIRE AUSSI:

Que faisaient ces personnalités le jour de la Marche verte?

Une série sur la Marche verte pour les 40 ans de l'événement sur Medi1TV