ALGÉRIE
08/11/2015 22h:53 CET | Actualisé 09/11/2015 03h:15 CET

Ramtane Lamamra critique des propos "inappropriés" du roi du Maroc contre l'Algérie

capture d'écran

Le ministre algérien des affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a réagi dimanche, aux propos du roi du Maroc, Mohamed VI, qui a accusé le 6 novembre 2015 l’Algérie d’exploiter les réfugiés sahraouis "pour en faire un butin de guerre "et de détourner les aides humanitaires qui leur sont destinées.

Les propos "inappropriés tenus récemment par le roi du Maroc à l'égard de l'Algérie, en raison de son soutien inconditionnel au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination, résonnent comme un pari sur le pire", a-t-il déclaré.

Le ministre algérien qui s’exprimait lors d’une lors d'une conférence de presse avec son homologue colombienne, Maria Angela Holguin a livré sa compréhension du discours du roi marocain.

"Si nous avons bien compris, il y aura davantage de désunion, de déchirements fratricides et de combats d'arrière-garde comme nous l'avons vu durant les quarante années qui viennent de s'écouler, alors même que le monde va de l'avant et exprime, de plus en plus, son attachement à des valeurs refuges et des principes universellement soutenus comme celui de l'autodétermination des peuples".

Evoquant la "mystification qui a eu lieu le 6 novembre 1975 " pour désigner sans la nommer la "marche verte", Lamamra estime qu’elle a abouti à la "prise en otage du destin collectif des peuples maghrébins par l'expansionnisme territorial, quarante ans durant".

La "diplomatie du mégaphone"

L’Algérie, a-t-il dit, s’interdit de "jeter de l'huile sur le feu. Et comme nous ne pratiquons pas la diplomatie du mégaphone, nous faisons des choses qui ne sont pas toujours livrées dans le domaine public".

"La légalité internationale a parlé il y a trois ou quatre jours, par la voix du secrétaire général des Nations Unies, M. Ban-Ki moon. Comme d'ailleurs, la Cour internationale de justice l'avait fait il y a quarante ans dans son avis juridique consultatif", a ajouté Lamamra. Ils sont conformes à la "position de principe de l'Algérie" sur le "droit à l'autodétermination du peuple du Sahara occidental" qui "est incontournable, inaliénable et imprescriptible".

"La répétition de clichés, de stéréotypes malencontreux" au sujet de la position de l’Algérie "n'est pas de nature à ternir en quoi que ce soit cette position de principe qui est celle de toute la communauté internationale" a poursuivi Lamamra. "Ces stéréotypes et clichés malencontreux, l'Algérie les rejette catégoriquement", a-t-il ajouté.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.