07/11/2015 05h:47 CET | Actualisé 07/11/2015 15h:44 CET

Marche verte: Ce qu'il faut retenir du discours royal

Marche verte: Ce qu'il faut retenir du discours royal
MAP
Marche verte: Ce qu'il faut retenir du discours royal

DISCOURS - En direct de Laâyoune, le roi a prononcé un discours à l’occasion du 40e anniversaire de la marche verte. Un discours dans lequel il a évoqué sa volonté d’opérer "une rupture avec l’économie de rente et des privilèges". Et tracé la feuille de route d’une régionalisation avancée dans les trois régions du sud.

D’emblée, Mohammed VI a souligné que cette commémoration "est loin d’être un évènement ordinaire ou une célébration passagère (…) c’est une étape décisive dans l’histoire du parachèvement de l’intégrité territoriale du royaume".

Et le roi d’ajouter : "Nous voulons opérer une véritable rupture avec les méthodes adoptées jusque-là dans la prise en charge des affaires du Sahara : rupture avec l’économie de rente et des privilèges et la défaillance de l’initiative privée, et rupture avec la mentalité de la concentration administrative".

En novembre 2013, dans un rapport commandé un an plus tôt par le souverain, le Conseil économique, social et environnemental (Cese), avait tiré la sonnette d’alarme sur la nécessité de mettre fin à l’économie de rente.

Alors pourquoi aujourd’hui, 40 ans après la marche qui avait mobilisé 350.000 Marocains, le Coran brandi d'une main et le portrait de Hassan II de l’autre ?

"Eh bien, c’est parce que, au terme d’années de sacrifices et d’efforts au plan politique et en matière de développement, nous sommes arrivés au stade de la maturité. Et aussi parce que nous avons créé les conditions de mise en chantier d’une étape nouvelle dans le processus de consolidation de l’intégrité territoriale et d’intégration totale de nos provinces du Sud au sein de la mère patrie", a indiqué le roi.

Ce qui nous amène au modèle de développement des provinces du sud à travers la mise en œuvre de la régionalisation avancée.

La régionalisation avancée en marche

En effet, le souverain a dit tenir à ce que les provinces du sud "disposent des moyens nécessaires pour gérer leurs propres affaires et montrer leur capacité à assurer le développement de la région". Le but étant "d’ériger celles-ci en un véritable modèle de développement intégré".

Par quels leviers ? "Nous avons décidé de mobiliser tous les moyens disponibles pour la réalisation de grands chantiers et de projets sociaux et médico-éducatifs, dans les régions de Laâyoune Sakia El-Hamra, Dakhla Oued Eddahab et Guelmim Oued Noun".

Dans le domaine des infrastructures, "il sera procédé au renforcement du réseau routier de la région, à travers la réalisation d’une voie express, aux normes internationales, entre Tiznit, Laâyoune et Dakhla. Parallèlement, nous invitons le gouvernement à réfléchir à la mise en place dans les provinces du Sud d’un hub de transport aérien desservant l’Afrique".

Une ligne Marrakech-Lagouira ?

Mais ce n’est pas tout car le roi a confié caresser le rêve de "construire une ligne ferroviaire de Tanger à Lagouira, pour relier le Maroc au reste de l’Afrique. Nous prions pour que Dieu nous aide à trouver les ressources financières qui nous manquent aujourd’hui en vue de parachever la ligne Marrakech-Lagouira."

Mohammed VI est également revenu sur les projets déjà en cours dans les provinces du Sud, en l’occurrence "le grand port Atlantique de Dakhla" ainsi que les projets importants d’énergie solaire et éolienne dans le Sud". Des projets auxquels d’ajoutent "la mise en œuvre du grand projet de dessalement de l’eau de mer à Dakhla et la mise en place d’unités et de zones industrielles à Laâyoune, Marsa et Boujdour".

Un cadre juridique incitatif

Pour ce faire, un cadre juridique incitatif pour l’investissement sera mis en place. Lequel cadre garantira "au secteur privé national et étranger la visibilité et les conditions de compétitivité nécessaires pour contribuer au développement de la région".

LIRE AUSSI:

Au programme aussi, la création d’un "fonds de développement économique ayant vocation à renforcer le tissu économique, soutenir les entreprises et l’économie sociale et assurer l’emploi et un revenu stable, surtout pour les jeunes".

La culture n’est pas en reste puisque le roi a évoqué l’édification de "théâtres, musées et maisons de culture dans les régions du Sud (…) compte tenu de la place particulière qu’occupe la culture Hassanie".

Des contrats-programmes entre l’Etat et les régions

Pour revenir au processus d’application de la régionalisation avancée, Mohammed VI a dit qu’il était prévu de mettre au point des "contrats-programmes entre l’Etat et les Régions, où seront définies les obligations de chaque partie pour la réalisation des projets de développement".

LIRE AUSSI:

Et le souverain d’appeler le gouvernement à "activer la mise en œuvre des dispositions juridiques relatives au transfert des compétences du centre vers ces régions, et à soutenir celles-ci en leur affectant les compétences humaines et les ressources matérielles nécessaires, dans la perspective de la généralisation de cette expérience parmi les autres régions du Maroc".

Cela devrait passer par "l’élaboration d’une véritable charte de déconcentration administrative, qui confère aux services régionaux les prérogatives nécessaires pour assurer la gestion des affaires des régions au niveau local".

Galerie photo Mohammed VI en images Voyez les images