ALGÉRIE
04/11/2015 02h:08 CET | Actualisé 04/11/2015 02h:19 CET

Le président égyptien appelle l'OTAN à agir en Libye

Facebook AbdelFattah Elsisi

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a appelé mardi l'OTAN à agir pour la reconstruction de la Libye, en proie à la violence depuis le renversement du régime de Mouammar Kadhafi par une insurrection soutenue par l'OTAN.

M. Sissi était interviewé par le journal britannique Daily Telegraph à l'occasion de sa visite à Londres, lors de laquelle il doit évoquer des questions de coopération en matière de sécurité avec le premier ministre britannique David Cameron.

"La Libye est un danger qui nous menace tous. S'il n'y a pas de gouvernement, cela créée un vide où les extrémistes peuvent prospérer", explique le président égyptien au Telegraph. "La mission n'a pas été complètement accomplie (...) Nous devons soutenir tous les efforts pour aider le peuple libyen et l'économie libyenne", ajoute-t-il.

"Nous devons arrêter le flux de fonds et d'armes et de combattants étrangers vers les extrémistes. Tous les membres de l'OTAN - y compris la Grande-Bretagne - qui ont pris part au renversement de Kadhafi doivent apporter leur aide", déclare encore le président égyptien.

LIRE AUSSI :

Lamamra appelle les Occidentaux à ne pas faire en Syrie les mêmes erreurs qu'en Libye

Chevènement accuse: Cameron et Sarkozy "sous impulsion de Bernard Henry Lévy" ont détruit la Libye

La Libye est plongée dans le chaos depuis la chute de Mouammar Kadhafi, renversé par une insurrection soutenue par plusieurs États de l'OTAN. Le pays est le théâtre de combats entre groupes armés qui s'affrontent pour le contrôle des ressources énergétiques, et deux autorités politiques se disputent le pouvoir.

Dans cette interview, M. Sissi a également rejeté les hypothèses selon lesquelles l'avion de ligne russe qui s'est écrasé samedi dans le Sinaï égyptien aurait été détruit par un missile ou par une bombe, les qualifiant de "spéculations sans fondement".

Il a aussi critiqué les opérations occidentales de lutte contre l'État islamique (EI) en Irak et la Syrie, affirmant que "la carte de l'extrémisme et de l'instabilité est en expansion et ne recule pas. Nous devons réévaluer nos priorités."

LIRE AUSSI : Alger met en garde : Il n'y a pas de "bons terroristes" à soutenir contre des "mauvais" en Libye

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.