04/11/2015 10h:27 CET | Actualisé 04/11/2015 11h:16 CET

Moulay Hafid Elalamy: "Des discussions sont en cours avec des groupes automobiles étrangers et une annonce pourrait suivre"

INDUSTRIE - L’industrie automobile marocaine appuie sur le champignon. Alors que le chiffre d’affaires à l’export généré par ce secteur (40 milliards de dirhams en 2014) dépasse désormais celui des phosphates ou de l’agriculture, le Maroc continue d’afficher de grandes ambitions dans ce secteur, notamment depuis lancement du plan d’accélération industrielle en avril 2014.

Dans une interview à Reuters, le ministre de l’Industrie Moulay Hafid Elalamy a fait savoir que "des discussions sont en cours avec des groupes automobiles étrangers et une annonce pourrait suivre".

Une implantation qui ferait suite à celle de l’usine Renault à Tanger, en attendant la future usine PSA Peugeot Citroën en 2019 à Kénitra, laquelle sera dotée d’une capacité de production de 200.000 véhicules par an.

LIRE AUSSI:Renault Tanger vise une production de 250.000 véhicules pour 2015

Selon Reuters, la semaine dernière, une délégation marocaine a rencontré des constructeurs automobiles italiens à Turin. "Une mission conduite par l’Agence marocaine de développement des investissement (AMDI) et à laquelle n’avait pas pris part M. Elalamy", détaille une source proche du dossier au HuffPost Maroc, qui ajoute néanmoins que "les rencontres entre le ministre et les constructeurs et équipementiers automobiles sont récurrentes".

Le ministre a d’ailleurs rencontré le 23 octobre à Kenitra - ville qui connaît la présence de plusieurs équipementiers automobile- plus de 300 fabricants mondiaux de pièces et équipements automobiles, dont une cinquantaine de grandes entreprises chinoises. Lesquelles sont "intéressées aussi bien par les deux constructeurs PSA et Renault, que par le marché que représente le sud de l’Europe", selon des équipementiers marocains contactés par la rédaction.

"Le ministre a présenté les avantages qu’offre le Maroc pour le secteur de l’automobile. La rencontre a été fructueuse, des investisseurs vont s’installer dans le sillage du projet PSA", selon la même source.

LIRE AUSSI:Automobile: l'équipementier allemand Kromberg & Schubert s'implante à Kénitra

Reuters révèle également l’ouverture d’un centre de Recherche & Développement au Maroc. Le projet Peugeot prévoit une structure de soutien à la R&D locale qui permettra de mener à bien l’industrialisation des véhicules qui devront répondre aux attentes des clients en Afrique du nord et au Moyen-Orient. Selon nos informations, PSA a confié ce volet à l’un de ses fournisseurs majeurs d’ingénierie en travaux de R&D, en l'occurrence la société Altran Maroc.

MHE avait d’ailleurs annoncé lors de la présentation du projet PSA au Maroc que l’une des composantes sera une structure de R&D qui devrait employer 4.500 ingénieurs et techniciens spécialisés.

Dans le cadre du Sommet Reuters sur l'investissement au Moyen-Orient, Moulay Hafid Elalamy a estimé que "les exportations automobiles atteindraient 100 milliards de dirhams par an d'ici 2020 avec la mise en production de l'usine PSA, contre 35 milliards de dirhams à fin septembre 2015. Ce qui permettra de porter à 20% la part de l'industrie dans le PIB marocain, contre 16% actuellement", rapporte l'agence de presse.

Et "avec Peugeot, nous serons à 600.000 véhicules produits annuellement. C'est une taille critique et notre objectif est d'atteindre un million de véhicules par an dans les années qui viennent", a dit le ministre.

Galerie photo 7 voitures qui ont marqué les Marocains Voyez les images