MAROC
02/11/2015 08h:19 CET | Actualisé 02/11/2015 08h:23 CET

Face aux protestations des Tangérois, Benkirane préside une réunion pour régler le dossier Amendis

Une réunion s’est ainsi tenue dimanche 1er novembre à la wilaya de Tanger sous la présidence du Chef du gouvernement pour régler l'affaire Amendis
pjd.ma
Une réunion s’est ainsi tenue dimanche 1er novembre à la wilaya de Tanger sous la présidence du Chef du gouvernement pour régler l'affaire Amendis

TANGER - L’affaire Amendis fait désormais l'objet d'un suivi en haut lieu. Alors que la contestation des Tangérois ne cesse d’enfler pour dénoncer des factures jugées trop salées de la société en charge de la gestion déléguée d'eau, d'électricité et d'assainissement liquide dans la ville du détroit, le roi a dépêché Abdelilah Benkirane et Mohamed Hassad à Tanger pour trouver une issue à la crise.

En l’espace d’un mois, des milliers de Tangérois avaient investi à quatre reprises les principales artères de la ville. Bougie à la main, ils réclamaient le départ d’Amendis.

Dimanche, une réunion s’est ainsi tenue à la wilaya de Tanger sous la présidence du Chef du gouvernement et en présence du ministre de l'Intérieur, du wali de la région de Tanger Mohamed El yacoubi, du maire de la ville Mohamed Bachir Abdellaoui, des présidents d'arrondissements et des responsables de la filiale du groupe français Veolia.

Dans un communiqué, le département de Hassad annonce que la réunion a permis d’examiner les mesures prises en fin de semaine dernière par la commission mixte (menée par le ministère de l'Intérieur et la wilaya de la ville), laquelle avait ouvert une enquête le 27 octobre. Des mesures "en faveur des populations défavorisée qui auront désormais le droit de vérifier et de maîtriser les processus de facturation", assure le communiqué.

A l’issue de la réunion, il a également été décidé de créer une cellule chargée de contrôler la mise en œuvre de ces mesures. Les autorités publiques ont par ailleurs sommé la société délégataire d’eau et d’électricité de mettre en application les directives du ministère de l'Intérieur, pour éviter que la même situation ne se reproduise, tout en l'exhortant à améliorer ses prestations. Les autorités ont enfin annoncé la création de commissions dans chaque Moqataâ pour recevoir en temps réel les plaintes des usagers et y apporter les solutions adaptées.

Dans son communiqué, le ministère de l’Intérieur appelle les usagers à "ne pas suivre les appels non responsables visant à semer la zizanie". En d’autres termes à ne plus sortir dans les rues pour protester contre Amendis.

LIRE AUSSI: