MAROC
01/11/2015 05h:27 CET | Actualisé 23/10/2016 12h:15 CET

Un label allemand ressuscite le "James Brown" marocain

Un label allemand ressuscite le "James Brown" marocain (à droite, le DJ berlinois Jannis Stürtz)
DR
Un label allemand ressuscite le "James Brown" marocain (à droite, le DJ berlinois Jannis Stürtz)

MUSIQUE - C’est l’histoire d’un Dj allemand qui, en fouillant dans les bacs à vinyles d’un vendeur de disques casablancais, trouve une pépite. Un album de Fadaul et les Privilèges, chanteur marocain des années 70 qui reprend en arabe le tube "Papa got a brand new bag" (devenu "Sid Redad"), du mythique chanteur funk américain James Brown.

"La première fois que j’ai entendu cette reprise, j’ai été époustouflé. C’est difficile de décrire la musique, mais avec le temps, j’ai fini par la résumer comme ça: du funk arabe joué avec une attitude punk", explique Jannis Stürtz, aujourd’hui à la tête du label musical Jakarta Records et du sous-label Habibi Funk, qui sortira le 11 décembre prochain un album complet de Fadaul remasterisé.

Depuis cette découverte faite en 2012, le chanteur marocain est devenu une "obsession" pour le DJ berlinois, qui voulait à tout prix en savoir plus sur lui. "Malheureusement, je ne trouvais quasiment aucune information sur Fadaul. Même Google ne m’a pas aidé" explique-t-il, pensant alors que le chanteur était toujours vivant.

Chasse au chanteur

Après plusieurs voyages au Maroc, les recherches s’avèrent infructueuses. Au fil des mois, il finit tout de même par retrouver trois autres titres du musicien: "des performances énergiques, une voix puissante et une atmosphère très animée", estime-t-il.

Il a fallu attendre 2014 pour que Jannis en apprenne plus sur ce vieux chanteur par les membres d’un autre groupe marocain des années 70, les Golden Hands, qui lui ont dit que Fadaul (aussi appelé Fadoul, selon la transcription) était mort en 1991.

"Ils connaissaient un de ses amis, un ancien chanteur, Tony Day, que j’ai appelé. Mais celui-ci ne se rappelait que de l’adresse du frère de Fadoul dans les années 90… Je suis donc retourné à Casa pour me rendre à cette adresse. Il n’y vivait plus, mais les voisins savaient où il travaillait avant sa retraite, et de fil en aiguille, j’ai fini par rencontrer une de ses sœurs", nous confie le musicien.

"Elle nous a raconté plein d’anecdotes sur son frère: un esprit créatif qui peignait, jouait au théâtre et a finalement consacré l'essentiel de son énergie à la musique".

Après avoir vécu quelques temps à Paris, s’imprégnant de la musique de James Brown et d’autres groupes américains, Fadoul est revenu au Maroc, continuant à faire de la musique dans les années 80 et explorant de nouveaux genres musicaux. Il a même réalisé le jingle d’une marque de jus d’orange. Il est finalement décédé à l’âge de 50 ans.

Quarante-cinq ans plus tard...

"Sa sœur et sa famille, qui n’avaient pas écouté ses titres depuis 30 ans en raison de l’absence d’un lecteur de disques à la maison, n’auraient jamais cru que la musique de Fadoul se ferait un jour connaître hors du Maroc", explique Jannis qui a décidé de rééditer le premier album du chanteur, "Al Zman Saib" ("Les temps sont durs"), quarante-cinq ans après sa sortie initiale.

L’album de huit titres sortira en version CD, vinyle, et digitale. Il sera accompagné d’une pochette avec un livret de notes, des photos et des traductions des paroles. Deux titres ont déjà été dévoilés: "Sid Redad" et "Al Zman Saib". Les profits des ventes reviendront à parts égales au label et à la famille du chanteur.

L'histoire n'est pas sans rappeler celle du chanteur folk américain Sixto Rodriguez qui, après deux albums sortis dans les années 70, tombe complètement dans l'oubli aux Etats-Unis. Il "ressuscite" dans les années 2000 grâce à deux fans sud-africains qui le croyaient morts et avaient fini par le retrouver sur Internet. L'histoire insolite a fait l'objet d'un documentaire, "Sugar Man" qui a obtenu un Oscar en 2013, et a permis au chanteur aujourd'hui âgé de 73 ans de refaire des tournées à travers le monde.

Galerie photo Ces groupes de rock marocains emblématiques Voyez les images

LIRE AUSSI: