ALGÉRIE
01/11/2015 12h:05 CET | Actualisé 01/11/2015 12h:06 CET

L'enquête sur le crash d'un avion russe en Egypte est lancée

Debris of a Russian airplane is seen at the site a day after the passenger jet bound for St. Petersburg, Russia, crashed in Hassana, Egypt, on Sunday, Nov. 1, 2015. The Metrojet plane, bound for St. Petersburg in Russia, crashed 23 minutes after it took off from Egypt's Red Sea resort of Sharm el-Sheikh on Saturday morning. The 224 people on board, all Russian except for four Ukrainians and one Belarusian, died. (AP Photo)
ASSOCIATED PRESS
Debris of a Russian airplane is seen at the site a day after the passenger jet bound for St. Petersburg, Russia, crashed in Hassana, Egypt, on Sunday, Nov. 1, 2015. The Metrojet plane, bound for St. Petersburg in Russia, crashed 23 minutes after it took off from Egypt's Red Sea resort of Sharm el-Sheikh on Saturday morning. The 224 people on board, all Russian except for four Ukrainians and one Belarusian, died. (AP Photo)

Accident ou attentat? Le doute restait entier dimanche au lendemain du crash d'un avion de touristes russes dans le désert égyptien du Sinaï, où les recherches se poursuivaient pour retrouver les corps des 224 occupants.

L'avion s'est disloqué en l'air avant de toucher le sol, a indiqué dimanche le chef des experts aéronautiques russes.

"La dislocation a eu lieu dans les airs et les fragments se sont éparpillés sur une grande surface d'environ 20 kilomètres carrés", a déclaré au Caire Viktor Sorotchenko, directeur du Comité intergouvernemental d'aviation (MAK), cité par les agences russes, précisant qu'il était "trop tôt pour parler de quelconques conclusions".

Le MAK est chargé de mener les enquêtes après les catrastrophes aériennes en Russie. A ce titre, M. Sorotchenko participe à l'enquête concernant le crash du vol 9268 de Metrojet en Egypte aux côtés notamment d'enquêteurs français du BEA et allemands du BFU, représentant le constructeur Airbus, et égyptiens.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a quant à lui appelé à attendre les résultats de l'enquête avant d'évoquer les raisons possibles du drame, au lendemain d'une revendication par le groupe jihadiste Etat islamique (EI) qui laisse les experts perplexes.

"Dans ce genre de cas, il faut laisser faire les spécialistes et ne pas évoquer les causes de la chute de l'avion car cela fait l'objet d'une vaste enquête techniquement compliquées", a déclaré devant des officiers M. Sissi, cité par l'agence de presse gouvernementale MENA.

Au beau milieu de la province du Nord-Sinaï, dans le wadi al-Zolomat, d'innombrables petits débris noircis de l'avion éparpillés jonchent le sol aride, a constaté un journaliste de l'AFP. Ils dégagent encore une odeur âcre de brûlé plus de 24 heures après le drame.

Aucun corps n'est visible mais une dizaine de sacs noirs, rouge et oranges gardés par des soldats ne laissent aucun doute: des restes des 224 occupants du vol KGL9268 ont été collectés là. Un peu plus loin, une toute petite veste rouge et grise laisse imaginer l'horreur, 17 enfants ayant péri dont une petite fille de 10 mois.

Les autorités égyptiennes avaient annoncé samedi avoir trouvé débris et corps dans un cercle s'étendant sur 8 km de rayon.

Le rayon a été étendu dimanche à 15 km, a annoncé un officier de l'armée participant aux recherches.

Selon cet officier qui a requis l'anonymat, 163 corps avaient déjà été retrouvés 24 heures après le crash sur les 217 passagers et sept membres d'équipages.

LIRE AUSSI: Les recherches élargies, 163 corps retrouvés, la boite noire récupérée

Les occupants étaient tous russes à l'exception de trois Ukrainiens. Pour leur rendre hommage, les drapeaux ont été mis en berne dimanche sur les bâtiments officiels de Russie pour une journée de deuil national décrétée par le président Vladimir Poutine.

L'avion avait décollé samedi à l'aube de la station balnéaire de Charm el-Cheikh à destination de Saint-Pétersbourg. Le contact a été perdu après 23 minutes de vol alors que l'appareil se trouvait à plus de 30.000 pieds, une altitude de croisière (plus de 9.000

Enquête en Russie

Les gouvernements égyptien et russe ont contesté la revendication par la branche égyptienne du groupe jihadiste Etat islamique (EI) en représailles, selon elle, aux bombardements russes en Syrie.

Les insurgés de ce groupe qui se fait appeler Province du Sinaï ont assuré samedi avoir "fait tomber" l'avion russe sans préciser comment. Ils sont très actifs dans le Nord-Sinaï, leur principal bastion où ils commettent quasi-quotidiennement des attentats et attaques très meurtriers visant l'armée et la police.

Dimanche matin, des enquêteurs russes et égyptiens sont arrivés en compagnie du ministre russe des Transports, Maxime Sokolov, sur les lieux du crash, où ont été retrouvées les deux boîtes noires. Parallèlement, une centaine de secouristes russes ont pris la route avec leurs propres équipements.

Une enquête a aussi été ouverte en Russie et les locaux de la compagnie et du tour-opérateur perquisitionnés.

Le survol du Sinaï en question

M. Sokolov a rejeté samedi la revendication de l'EI, les Egyptiens "ne disposant d'aucune information qui confirmerait de telles insinuations". Le Premier ministre égyptien Chérif Ismaïl a également privilégié l'hypothèse d'un accident, estimant qu'un avion à 30.000 pieds ne pouvait être atteint par une roquette ou un missile du type de ceux dont disposent les insurgés.

Mais des experts interrogés par l'AFP refusent d'exclure, avant que les boîtes noires ne parlent, qu'une bombe ait pu exploser à bord ou que l'avion ait pu être touché alors qu'il était descendu plus bas pour une raison technique ou autre, par un missile ou une roquette tiré du sol. Ils invoquent l'éparpillement des débris et des corps à l'appui de cette thèse.

Plusieurs compagnies aériennes, dont Air France, Lufthansa et Emirates, ont annoncé qu'elles ne survoleraient plus le Sinaï "jusqu'à nouvel ordre", "par mesure de sécurité" et dans l'attente des résultats de l'enquête.

Le tourisme, l'un des piliers de l'économie du pays des pharaons, est déjà en berne depuis la révolte populaire de 2011 qui a mis fin au régime de Hosni Moubarak et les trois années de chaos.

Les stations balnéaires de la mer Rouge, en particulier Charm el-Cheikh, restent cependant une importante destination, fréquentées essentiellement par des Russes ou des touristes d'Europe de l'Est.

LIRE AUSSI: A Saint-Pétersbourg, les proches sous le choc après le crash en Egypte

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.