MAROC
31/10/2015 06h:59 CET | Actualisé 05/11/2015 14h:56 CET

Interview : Pierre Bergé se confie sur ses souvenirs à Marrakech

Pierre Bergé revient sur sa vie à Marrakech avec YSL et la vente de sa collection
AFP/A.Senna
Pierre Bergé revient sur sa vie à Marrakech avec YSL et la vente de sa collection

MARRAKECH - Entre Pierre Bergé et Marrakech, c'est une histoire qui dure depuis près de 50 ans. Lors de son premier séjour à l'hôtel Mamounia avec Yves Saint Laurent, le duo tombe amoureux de Marrakech et décide d'en faire son deuxième foyer. Les années ont depuis passé, mais la flamme est toujours là et Pierre Bergé est toujours autant attaché à la cité ocre et au Maroc, où il a tant de souvenirs.

Le tandem Bergé-Saint-Laurent a laissé une empreinte indélébile dans la vie culturelle marrakchi, en reprenant le jardin Majorelle, qui est aujourd'hui un des lieux les plus fréquentés du Maroc avec 800.000 visiteurs par an. Et c'est pour perpétrer cet héritage que va avoir lieu aujourd'hui une vente aux enchères événement. La collection d'art islamique de Pierre Bergé et Yves Saint Laurent va être mise en vente dans les salons du Palace Es Saadi de Marrakech. Intitulée "Une passion marocaine" et organisée par la maison Artcurial, elle sera réalisée au profit de la Fondation Jardin Majorelle et servira en partie à financer le musée Yves Saint Laurent qui ouvrira ses portes en 2017.

Présent à Marrakech à cette occasion, Pierre Bergé a répondu à nos questions sur ce lien particulier qui le lie avec la ville, ses souvenirs avec YSL ainsi que les projets de sa fondation.

Pouvez-vous nous parler de cette vente aux enchères ?

Ce qu'elle va rapporter va contribuer à la construction du musée Yves Saint Laurent. Le musée se situera rue Yves Saint Laurent à Marrakech et il sera d'une superficie de 3000 m². Il y aura dans ce musée une salle d'exposition temporaire qui pourra accueillir des artistes, dont des Marocains. Nous allons également y construire un auditorium de très haut niveau qui abritera des concerts et des conférences, des films sur Saint Laurent y seront également diffusés. Le musée abritera aussi une bibliothèque. La collection de livres sera composée de quatre fonds. On y retrouvera des livres arabo-andalous dont certains datent du XIIe siècle, des livres sur la botanique, sur l'art berbère et enfin sur Yves Saint Laurent.

Galerie photoTerre Saharienne: Maquillage Yves Saint Laurent aux inspirations marocaines Voyez les images

LIRE AUSSI:Des œuvres de la collection d'Yves Saint Laurent et Pierre Bergé en vente à Marrakech

Comment avez-vous constitué cette collection ?

Nous avons acheté beaucoup de choses à Marrakech, et comme je ne voulais rien jeter, j'ai décidé de faire cette vente. Lorsque nous avons acheté le jardin, l'atelier de Jacques Majorelle était vide. Et nous avons choisi d'y faire un musée dédié à l'art islamique. L'art berbère y avait également sa place. C'était à l'époque un geste politique car la langue berbère avait été interdite.

Qu'est ce que cela vous fait de vous séparer de tous ces objets ?

Je n'ai pas de problèmes sentimentaux. Nous avons déjà effectué une vente aux enchères en 2009 à Paris qui a rapporté plus de 300 millions d'euros à la fondation, et je vais mettre en vente ma bibliothèque à la fin de l'année.

Qu'est ce qui vous attiré à Marrakech au départ ?

Comme pour beaucoup de gens, c'était avant tout pour le soleil et la Mamounia. Mais nous avons rapidement réalisé qu'il y avait bien plus que ça. La tradition et la culture marocaines sont extraordinaires. A partir du moment où nous avons acheté une maison, nous nous sommes fondus dans la ville et la vie marocaine.

LIRE AUSSI:Le Maroc, muse de la mode internationale en 2015

En quoi la ville de Marrakech a inspiré Yves Saint Laurent ?

Il a toujours dit que c'est à Marrakech qu'il a appris la couleur. Nous y venions au moins deux fois par an. En juin et en décembre. Pendant quinze jours, il y travaillait sur sa prochaine collection.

Quels sont les endroits que vous préférez visiter à Marrakech?

Je ne sors pas de chez moi, mes amis sont morts et j'ai la chance d'avoir trois hectares en plein cœur de la ville. Je vais désormais passer de plus en plus de temps à Marrakech, ainsi qu'à Tanger où je possède également une maison.

Comment percevez vous l'évolution de la ville depuis?

Certains personnes me disent que Marrakech a changé. Ce à quoi je leur réponds que la ville a effectivement évolué. Il y a maintenant des hôpitaux, des universités, de jeunes marocains qui parlent trois langues différentes. Le Maroc s'est modernisé et j'en suis très heureux.