MAROC
31/10/2015 13h:02 CET | Actualisé 31/10/2015 13h:17 CET

Mohammed VI et Abderrahman el-Youssoufi rendent hommage à Ben Barka

Mohammed VI et Abderrahman el-Youssoufi rendent hommage à Ben Barka
map
Mohammed VI et Abderrahman el-Youssoufi rendent hommage à Ben Barka

HOMMAGE - Vendredi à la Bibliothèque nationale à Rabat, un bel hommage a été rendu à une grande figure de la gauche marocaine, Mehdi Ben Barka, dont la disparition, le 29 octobre 1965 à Paris demeure à ce jour l'une des plus grandes affaires politiques du siècle dernier.

Et c’est une autre figure emblématique de la gauche marocaine, l’ancien premier ministre Abderrahman el-Youssoufi, qui a organisé cette rencontre vouée à la commémoration du cinquantenaire de la disparition de l’ancien leader socialiste et opposant au roi Hassan II.

Que ce soient l’ancien ministre aujourd’hui conseiller royal et président du Conseil supérieur de l’éducation, Omar Azziman, l’économiste et homme politique de gauche Fathallah Oualalou, ou encore le diplomate algérien et ancien secrétaire général de l'ONU Lakhdar Brahimi, des invités de marques étaient au premier rang pour rendre hommage à Ben Barka.

Pour le roi, Ben Barka était "un homme de paix”

Fait presque inédit, le roi Mohammed VI a adressé un message à l’occasion de la commémoration, dont lecture a été donnée par Abderrahmane el-Youssoufi.

“Les pays se construisent sur le socle de leur histoire, avec son actif et son passif. Et un peuple sans histoire est un peuple sans identité, qui n’a pas d’avenir. Aussi, il faut tirer les enseignements de l’affaire Ben Barka et s’en servir dans l’intérêt de la nation, pour nous aider à construire et non à détruire”, a souligné le souverain dans un message relayé par l’agence MAP.

Ben Barka, cet 'homme de paix” et ”proche de la famille royale” est "entré dans l’Histoire, sachant qu’il n’y a pas une mauvaise Histoire ou une bonne Histoire. Il n’y a que l’Histoire en tant que telle, c’est-à-dire la mémoire de tout un peuple", a-t-il ajouté.

L'histoire, avec ses succès et ses revers

Pour le roi, ”l’Histoire n’est pas que l’enregistrement des faits tels qu’ils se sont produits à une époque donnée. Elle est aussi la méthode de consignation de ces événements et l’explication qui en est donnée par chacun, selon son optique et en fonction de sa position”.

Le plus important est de ”s’attacher à ce que tous les Marocains puissent s’approprier leur histoire, avec ses succès et ses revers, pour vivre leur présent dans un climat sûr et stable et s’atteler en toute confiance et avec beaucoup d’optimisme et d’espérance à l’édification d’un avenir meilleur”.

”La Monarchie, hier comme aujourd’hui, est attachée à la symbiose qui unit les composantes de la nation, à condition que soient respectées les constantes et les valeurs sacrées pour la défense desquelles de nombreux marocains libres, dont Mehdi Ben Barka, se sont sacrifiés”, a dit le roi.

LIRE AUSSI:Un documentaire de France 3 revient sur l'affaire Ben Barka (VIDÉO)

Une page tournée?

L’hommage rendu à Ben Barka et la désacralisation d’un sujet longtemps resté tabou s’inscrivent dans le sillage de l’Instance équité et réconciliation, organisme institué en 2004 par le roi Mohammed VI pour faire la lumière sur les sombres années de plomb et ainsi réconcilier le peuple avec son passé.

Mais sur l'affaire Ben Barka, la réconciliation ne peut se faire que si l’Etat marocain "dévoile la vérité" et "organise des obsèques du défunt pour qu’il puisse bénéficier d’une sépulture et que ses proches puissent se recueillir sur sa tombe", a estimé Abderrahmane el-Youssoufi, dans un message relayé par Médias 24.

En 2001, deux ans après son accession au trône, le roi Mohammed VI s'était exprimé sur l'affaire Ben Barka dans une interview accordée au Figaro. "Si on savait exactement ce qui s’est passé à l’époque de la disparition de Ben Barka, et où se trouve sa dépouille, il n’y aurait pas toutes ces spéculations. Je ne sais pas ce qui s’est passé. J’aurais pu poser la question à mon père, que Dieu ait son âme, mais je ne l’ai pas fait. Je ne l’ai pas fait parce que lui-même ne m’en avait jamais parlé. J’ai respecté son silence".

LIRE AUSSI:Assassinat de Mehdi Ben Barka: Le Mossad serait impliqué selon un journaliste israélien