31/10/2015 05h:03 CET | Actualisé 31/10/2015 05h:03 CET

Le Maroc, destination de prédilection des investisseurs selon IBM

INVESTISSEMENT- Le 15 septembre dernier, IBM a publié son « Global Location Trends report » qui compare les climats d’affaires de l’ensemble des pays du globe.

Dans cette nouvelle édition dévoilée par le leader mondial du logiciel, le Maroc a enregistré un progrès significatif lui offrant la position de leader sur le continent africain et faisant de lui le pays du continent le plus attractif pour les investisseurs étrangers. Selon le document, le Maroc se distingue surtout par l'intégration des chaînes de valeur et les efforts réalisés dans les collaborations entre les grandes entreprises et les PME.

Par ailleurs, toujours selon le même rapport, la stabilité politique et sécuritaire ainsi que l’amélioration du climat des affaires au Maroc ont eu des répercussions positives sur les flux des Investissements directs étrangers (IDE). Le rapport affirme ainsi que le Maroc et l’Egypte s’accaparent la plus grande partie des Investissements directs étrangers en Afrique du Nord, qui a attiré la moitié des flux d’IDE du continent.

"Les investissements étrangers ont progressé de 68% en 2014 en nombre de projets sur un an dans le Royaume et de 61% en Egypte où les incertitudes politiques commençaient à s’atténuer», peut-on lire dans le rapport."

Dans le même sillage, le Maroc a profité de sa stabilité et de son climat d’affaires favorable pour améliorer son attractivité des investissements étrangers, situés autour de 3,5 milliards de dollars ces dernières années. Il faut dire, qu’à l’échelle régionale, l’Afrique du Nord a capté 51% de l’ensemble des flux d’IDE du continent, contre seulement 19,1% en 2013. De même, le nombre d’emplois générés par ces investissements dans une région qui en a cruellement besoin a augmenté de 71% entre 2013 et 2014.

D’un autre angle, les investissements intra-africains ont représenté la deuxième plus importante source de flux des IDE en 2014. Cependant, leur part en nombre de projets s’est établie à 19,2% l’an passé, contre 24,5% une année auparavant.

Selon IBM : "Cette performance s’explique notamment par les stratégies d’expansion panafricaine des groupes sud-africains, nigérians, kenyans et marocains".