ALGÉRIE
30/10/2015 08h:34 CET | Actualisé 30/10/2015 10h:11 CET

20ème édition du SILA: Forte affluence au premier jour

Ahmed Sahara

Comme attendu, la 20ème édition du Salon international du livre d'Alger (Sila), ouverte jeudi au grand public, draine une foule nombreuse.

Jeunes et moins jeunes étaient déjà au rendez-vous du SILA. Certains établissements scolaires, à l'instar de lycées de Blida ou des CEM et école primaires de Draria ont choisi cette dernière journée de la semaine avant les vacances scolaires de novembre pour emmener lycéens et écoliers à la rencontre des livres.

"Ramener les jeunes au contact de ces grandes multitudes de maisons d’éditions réveillera, en eux certainement l'envie de lire et d' acquérir quelques livres", affirme un des accompagnateurs des écoliers.

Au stand des éditions ANEP où sont exposés un grand nombre de livres d'histoire, les lycéens essayent de trouver la perle rare. " vous pensez que ce livre sur la révolution pourraient nous être utile?, demandent-ils aux aînés, visiteurs du stand.

Ce vendredi, jour de repos hebdomadaire, on s'attend à plus forte affluence. Déjà aux premières heures de la matinée les visiteurs ont commencé à affluer en grand nombre. Les agents chargés aux entrées, des différents pavillons peinent déjà à filtrer les visiteurs. Ça va être une pénible journée", lâche l'un d'eux.

Pénible? Pas pour tout le monde. Au Commissariat du Salon on se félicite déjà de cette forte affluence. Après la concentration d'étudiants et de lycéens au premier jour, c'est au tour de "monsieur tout le monde" d'y faire un grand tour.

En plus des stands des maisons d'éditions spécialisées dans les ouvrages scientifiques, les dictionnaires et les livres parascolaires et les livres religieux qui connaissent une grande affluence comme chaque année, c'est le pavillon central qui jouit de plus d'intérêt que d'habitude.

La France, invitée d'honneur de cette édition, jouit d'un intérêt particulier de la part des visiteurs, venus nombreux découvrir les stands des éditeurs français connus. Gallimard, Folio, Hachette ou encore Actes Sud sont plus en vue cette année.

Au centre le stand du centre culturel français, enchaîne conférence sur conférence tout au long des journées.

Jeudi déjà, le public a pu échanger dans des débats ouverts avec le journaliste Phillipe Vasset, le sociologue Dominique Wolton ou encore Marie-Christine Saragosse, la présidente-directrice générale de France Media monde, avant d'assister aux ventes-dédicaces des conférenciers.

Les maisons d’éditions algériennes marquent, elles aussi, cet événement culturel par une multitude de nouveau ouvrages: essais romans, livres d'histoire, il y'en a pour tous les goût.

De grands essayistes ou romanciers y ont signé des ouvrages de qualité. L'historien français Olivier Le Cour Grandmaison édite son livre L’empire des hygiénistes Vivre aux colonies chez APIC. Chez Barzakh, le journaliste algérien Yassine Temlali signe son essai, "Aux origines de l'affirmation berbère en Algérie (1830-1962"). Chez Media Plus, le juriste et politologue iranien Amir Ardavan Aslani, signe son essai sur la politique étrangère algérienne. Chez Chihab, Badr'Eddine Mili signe un nouveau roman

Les Abysses de la Passion Maudite
.

Le tant attendu tome deux de la biographie de Sadek Hadjers; "Quand une nation s'éveille" consacré cette fois-ci à la crise berbériste de la fin des années 40 ne sera pas sur les étals des éditions Ines durant le salon mais se fera juste après le SILA.

Ceux qui sillonnent les pavillons du SILA dans sa vingtième édition remarqueront certainement un certain flottement dans l'organisation. Foule, désorientation et absence de plans clairs du SILA. Des défaillances, qui faut-il le souligner, n'entache en rien l'importance de l’événement culturel le plus important de l'année en Algérie.

Les visiteurs du salon, qui ouvre ses portes tous les jours de 10:00 à 19:30, oublieront ces imperfections dès qu'ils prennent connaissance des programmes du SILA.

Ce salon, qui a accueilli près de 1,5 millions de visiteurs en 2014, consacre cette année une exposition photographique aux écrivains algériens ces dernières années. Des portraits avec des petites biographies de grande qualité qui valent absolument le détour.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.