MAGHREB
28/10/2015 09h:42 CET | Actualisé 28/10/2015 11h:45 CET

Attaque du Bardo: L'Italie ne va pas extrader le Marocain arrêté

Policemen guard the entrance of the Bardo museum in Tunis, Tunisia, Thursday, March 19, 2015, as a a blood stain is seen at right,  a day after gunmen opened fire killing over 20 people, mainly tourists. One of the two gunmen who killed tourists and others at a prominent Tunisian museum was known to intelligence services, Tunisia's prime minister said Thursday. But no formal links to a particular terrorist group have been established in an attack that threatens the country's fledgling democracy and struggling tourism industry. (AP Photo/Christophe Ena)
ASSOCIATED PRESS
Policemen guard the entrance of the Bardo museum in Tunis, Tunisia, Thursday, March 19, 2015, as a a blood stain is seen at right, a day after gunmen opened fire killing over 20 people, mainly tourists. One of the two gunmen who killed tourists and others at a prominent Tunisian museum was known to intelligence services, Tunisia's prime minister said Thursday. But no formal links to a particular terrorist group have been established in an attack that threatens the country's fledgling democracy and struggling tourism industry. (AP Photo/Christophe Ena)

La justice italienne a rejeté mercredi la demande d'extradition vers la Tunisie d'un jeune Marocain arrêté en mai et soupçonné de complicité avec les auteurs de l'attentat meurtrier du Bardo à Tunis car il risque la peine de mort.

Le fait qu'Abdelmajid Touil risque la peine capitale en Tunisie "représente une raison empêchant son extradition", a indiqué dans un communiqué Giovanni Canzio, président de la Cour d'appel de Milan (nord).

Le parquet avait requis ce refus, l'Italie n'extradant jamais les justiciables risquant la peine de mort.

Arrivé en Italie en février sur une embarcation clandestine et arrêté en mai, M. Touil, 22 ans, est soupçonné par le ministère tunisien de l'Intérieur d'avoir apporté un "soutien logistique" aux deux Tunisiens ayant tué 21 touristes et un policier en mars au musée du Bardo.

Mais M. Touil, qui était en Italie au moment de l'attaque, s'est toujours dit "innocent". Et le ministère tunisien n'a pas fourni plus de précisions lors de son arrestation.

"La convention bilatérale d'extradition Italie-Tunisie ne prévoit aucun mécanisme de conversion de la peine de mort en une autre peine de réclusion. En outre, l'autorité tunisienne n'a fourni aucune assurance sur la non-exécution de la peine capitale", explique le président dans son communiqué.

"Le refus de l'extradition est accompagné automatiquement de la libération du détenu", a précisé le communiqué. Mais le jeune homme fait toujours l'objet d'une enquête pour terrorisme international et pourrait être poursuivi en Italie.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.