MAGHREB
27/10/2015 10h:41 CET

Tunisie: Report du procès des présumés assassins de Chokri Belaïd

Demonstrators hold a poster showing slain opposition leader Chokri Belaid with written in arabic and french "Who Killed Him" during aTunisian demonstration on Habib Bourguiba avenue in downtown Tunis, Saturday, Feb. 23, 2013. Thousands of Tunisians joined a protest that started as a demonstration against what they described as a slow investigation into the death of assassinated opposition leader Chokri Belaid. (AP Photo/Amine Landoulsi)
ASSOCIATED PRESS
Demonstrators hold a poster showing slain opposition leader Chokri Belaid with written in arabic and french "Who Killed Him" during aTunisian demonstration on Habib Bourguiba avenue in downtown Tunis, Saturday, Feb. 23, 2013. Thousands of Tunisians joined a protest that started as a demonstration against what they described as a slow investigation into the death of assassinated opposition leader Chokri Belaid. (AP Photo/Amine Landoulsi)

La reprise du procès de 24 Tunisiens accusés d'implication dans le meurtre de l'opposant Chokri Belaïd, qui était prévue vendredi, a été reportée au 1er décembre, a-t-on appris mardi auprès du porte-parole du parquet de Tunis, Kamel Barbouche.

Ce report a été décidé dans la mesure où la date du 30 octobre "coïncide avec l'ouverture de l'année judiciaire", a expliqué à l'AFP M. Barbouche, confirmant des informations de presse.

Ouvert fin juin dans la capitale, en présence de près de 200 avocats, de nombreux journalistes ainsi que des policiers en civil, ce procès avait été rapidement ajourné, à la demande de la partie civile et de la défense.

Sur les 24 accusés, 23 se trouvent en détention et un en liberté, selon le parquet.

Chokri Belaïd, un farouche critique des islamistes d'Ennahda alors au pouvoir, a été tué devant son domicile le 6 février 2013 à Tunis, un assassinat qui avait choqué le pays et provoqué une crise politique.

Les autorités ont attribué ce meurtre à la mouvance jihadiste et annoncé en février 2014 avoir tué, dans une opération antiterroriste, son assassin présumé Kamel Gadhgadhi. Des jihadistes ralliés au groupe Etat islamique (EI) ont par la suite revendiqué cet assassinat ainsi que celui d'un autre opposant, le député Mohamed Brahmi, en juillet 2013.

Mais la famille de M. Belaïd continue de dénoncer des "zones d'ombre" et de réclamer la vérité.

Ce meurtre est récemment revenu sur le devant de la scène médiatique avec les déclarations du présentateur TV, Moez Ben Gharbia, qui a affirmé depuis l'étranger détenir "toutes les informations sur ceux qui ont tué Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi".

"Toute personne qui saura la vérité sur la mort (de Belaïd et Brahmi) sera assassinée", a-t-il notamment ajouté dans une vidéo diffusée sur internet.

Très commentés, ces propos ont relancé les spéculations et entraîné l'ouverture d'une enquête par le pole judiciaire de lutte contre le terrorisme.

M. Ben Gharbia doit être entendu dans ce cadre mais son retour en Tunisie a été reporté à plusieurs reprises ces dernières semaines.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.