ALGÉRIE
26/10/2015 13h:15 CET | Actualisé 26/10/2015 13h:15 CET

La France réitère ses "excuses" à l'Algérie après la fouille d'un de ses ministres

Archives

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a réitéré lundi les "excuses" de la France à l'Algérie, après un récent incident diplomatique, et salué le partenariat économique "d'exception" liant les deux pays.

La fouille par la police française du ministre algérien de la Communication Hamid Grine mi-octobre à l'aéroport parisien d'Orly avait suscité la colère d'Alger qui avait évoqué un traitement "inacceptable". Paris avait de son côté jugé cet incident "particulièrement regrettable".

"Il s'agit d'un incident regrettable pour lequel la partie française a présenté ses excuses", a répété lundi le chef de la diplomatie française, ajoutant que les relations franco-algériennes n'avaient "jamais été meilleures". "Nous devons faire en sorte que ce genre d'incidents ne se reproduise plus", a renchéri son homologue algérien Ramtane Lamamra, que ce soit pour "des ministres, des diplomates, ou de simples citoyens".

"Nous voulons une relation absolument sans nuage", a affirmé M. Lamamra. Les deux hommes s'exprimaient à l'issue du comité mixte économique franco-algérien (COMEFA), qui a donné lieu à la signature de huit accords économiques.

"Les résultats du partenariat d'exception sont là et bien là", s'est félicité M. Fabius. "L'ordre de grandeur de ce que nous sommes en train de faire est de l'ordre du milliard" d'euros, a assuré le ministre français, sans donner plus de précisions chiffrées.

MM. Fabius et Lamamra ont notamment signé un accord intergouvernemental devant permettre aux jeunes actifs algériens de venir travailler en France dans des entreprises algériennes, et réciproquement pour les jeunes Français.

D'autres partenariats impliquant les pouvoirs publics ainsi que des entreprises ont été signés, sous l'oeil du ministre français de l'Économie Emmanuel Macron et du ministre algérien de l'Industrie Abdeslam Bouchouareb, dans les domaines de la propriété industrielle, de l'énergie, des transports, de l'industrie.

Le ministre algérien de l'Industrie a, lui, parlé de "saut qualitatif" dans les relations économiques entre les deux pays, qui sortent "d'une relation purement commerciale" pour aller davantage vers la "coopération", notamment industrielle.

La France, deuxième partenaire économique de l'Algérie avec 10,5 milliards d'euros d'échanges en 2014, veut reconquérir le rang de son premier fournisseur perdu en 2013 au profit de la Chine, et déploie dans ce but une intense activité diplomatique.

Les deux ministres algériens ont été reçus lundi par le président français François Hollande, qui s'est déjà rendu deux fois dans le pays.

Par ailleurs, les chefs de gouvernement des deux pays se retrouveront début 2016 en Algérie pour une session du comité intergouvernemental de haut niveau liant les deux Etats.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.