ALGÉRIE
24/10/2015 07h:14 CET | Actualisé 24/10/2015 07h:14 CET

Douze hommes, des Algériens selon l'accusation, jugés à Paris pour des vols de montres de luxe

AFP

Douze hommes sont jugés à Paris pour vols de montres de luxe à Paris. Ils se disent Syrien, Palestinien, Marocain. L’accusation, elle, affirme qu’ils sont qu’"ils sont tous Algériens" mais cherchent à brouiller les pistes …

La technique était bien rodée : un pas de danse, une accolade et voilà le riche touriste délesté de sa montre à 5 ou 10.000 euros. Douze hommes sont jugés depuis vendredi à Paris pour une série de vols commis à deux pas des Champs-Elysées.

Le butin pourrait atteindre plus de 400.000 euros, pour des vols de montres de luxe venant des plus grandes maisons, assortis d'agressions parfois violentes et pour la plupart commises en réunion, dans les beaux quartiers de Paris entre août 2013 et mars 2014.

Les prévenus qui comparaissent devant la 16e chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Paris sont suspectés de constituer un gang très organisé, qui revendait le produit de ses larcins notamment à l'étranger.

La technique de la "joyeuse accolade"

Certains vols ont été reconnus comme celui commis à l'angle de la rue de Rivoli et de la rue du Louvre, dans la nuit du 1er septembre 2013, suivant la technique de la joyeuse accolade après une soirée arrosée: l'un demande une cigarette, l'autre enlace sa victime, lui lançant un amical "viens danser !", puis c'est la bousculade et la victime se retrouve la plupart du temps à genoux, tandis que les agresseurs s'enfuient.

A la barre, ils se disent Syrien, Palestinien, Marocain, sans pouvoir le prouver. Pour l'accusation, il ne fait aucun doute qu'"ils sont tous Algériens" mais cherchent à brouiller les pistes "pour échapper à une éventuelle expulsion. Ils se connaissent tous, c'est un réseau très organisé, les anciens forment les nouveaux".

Sur les douze prévenus, un seul comparaît libre. Tous ont déjà été condamnés, dans la majorité des cas pour vol ou détention de stupéfiants. Parmi eux, de jeunes hommes pour la plupart âgés de 22 à 30 ans, certains semblent avoir un rôle central : c'est notamment le cas de Hamza Aziz, 28 ans, qui affirme être né à Alep, en Syrie, poursuivi pour onze vols et pour association de malfaiteurs.

En dépit des relevés téléphoniques qui les situent sur les lieux, certains nient parfois leur présence. "J'étais en boîte dans le coin" dit l'un, "j'étais en Angleterre" dit l'autre, avant de s'emmêler dans les dates de ses voyages, entre l'Algérie, la France et la Grande-Bretagne. Les prévenus encourent jusqu'à dix ans de prison. Le procès est prévu jusqu'au 2 novembre.

LIRE AUSSI: Suisse: Hemza Mihoubi, footballeur franco-algérien, arrêté pour complicité dans une tentative de kidnapping

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.