MAROC
23/10/2015 11h:16 CET | Actualisé 23/10/2015 11h:20 CET

Décompensation, régionalisation, réduction des disparités sociales...Les priorités du PLF

Aic Press

LOI DE FINANCES - Le ministre de l’Economie et des finances, Mohamed Boussaid, est revenu sur les grandes lignes du Projet de loi de finances (PLF), vendredi lors d’un point de presse.

Décompensation progressive du sucre

Si à la lecture du PLF, la question épineuse de l’abandon des subventions accordées à la filière sucrière n’est pas tranchée, cette option est de plus en plus envisagée au sein de l’exécutif. «Nous devons ouvrir le débat au parlement sur la décompensation du sucre, qui coûte beaucoup aux caisse de l’Etat (5 milliards de dirhams par an, ndlr). Or, ce sont moins les ménages que les industriels qui bénéficient le plus de la subvention sur le sucre », a déclaré le ministre des Finances.

« La décompensation doit se faire par voie réglementaire, notamment par la publication d’un décret. Les économies faites serviront à mettre à niveau l’infrastructure sanitaire », a-t-il ajouté.

Dans un entretien accordé à la chaîne allemande Deutsche Welle mercredi 21 octobre, le chef du gouvernement Abdelillah Benkirane avait annoncé que le gouvernement poursuivra la réforme de la caisse de compensation, en supprimant progressivement la subvention du sucre.

4 milliards de dirhams pour les régions

Sur la mise en œuvre de la régionalisation, le PLF prévoit la création de deux caisses: le Fonds de mise à niveau sociale et le Fonds de solidarité interrégionale.

« Grâce à une dotation budgétaire supplémentaire de 2 milliards de dirhams du budget général de l’Etat, les 12 régions bénéficieront de 4 milliards de dirhams l’année prochaine. L’objectif est d’atteindre 10 milliards de dirhams d’ici 2021 », a fait savoir M. Boussaid.

Réduction des disparités sociales

Parmi les mesures du PLF pour tenter de réduire les disparités sociales, l’aide directe aux veuves en situation de précarité, aux 800.000 enfants inscrits au programme Tayssir pour un budget de 500 millions de dirhams ou encore aux 8,8 millions de bénéficiaires du RAMED pour un budget de 1,7 milliards de dirhams. Quelque 250.000 d’étudiants seront par ailleurs couverts par le régime AMO de base.

Un programme doté de près de 50 milliards de dirhams sera déployé sur six ans pour lutter contre les disparités du monde rural en réduisant les déficits en infrastructures et services sociaux de base. Au programme : 20.800 projets, dédiés à plus de 12 millions de citoyens, vivant dans plus de 24 mille Douars. « Auparavant, les fonds de réduction des disparités étaient sectoriels. Or chaque zone rurale a ses spécificités et ses difficultés. La particularité de ce fonds c’est qu’il vise l’intégration », a conclu le ministre des Finances.

LIRE AUSSI:

Mohamed Boussaid: "L'économie marocaine se porte de mieux en mieux"

Les ambitions du Projet de loi de finances 2016