ALGÉRIE
23/10/2015 10h:06 CET | Actualisé 23/10/2015 10h:16 CET

Amine Yarichène, enfant de 7 ans porté disparu, sans nouvelles

Twitter

Un jeune garçon de 7 ans, Amine Yarichène, a disparu mercredi 21 octobre à 07H45 alors qu'il rejoignait son école, à la sortie du domicile familial situé au quartier 11 Décembre à Dely Ibrahim (Alger), rapportent plusieurs médias.

Plus aucune nouvelle de cet enfant, qui n'a donné aucun signe de vie depuis sa disparition mercredi matin.

Les services de la Gendarmerie nationale, qui mènent une enquête après avoir été alerté par les parents d'Amine, n'ont encore abouti à aucune piste.

Dans une déclaration au quotidien francophone El Watan, la grand-mère de Amine Yarichène témoigne: "Je lui ai ouvert la porte et je me suis bien assurée qu'il n'avait rien oublié et qu'il a bien pris son goûter. Habituellement, je reste devant la porte de la maison et je le surveille de loin jusqu'à ce qu'il rentre à l'intérieur de l'établissement. Mercredi matin, je suis rentrée plus tôt que d'habitude, c'est-à-dire avant 08H, car je devais me préparer vu que j'avais un important rendez-vous à l'extérieur. Quelques minutes plus tard, à 18H15, quand j'ouvris la porte, je trouvais son sac à dos par terre".

La nouvelle de la disparition de Amine Yarichène, qui s'est rapidement répandu auprès des habitants du quartier, angoissés et désemparés, suscite également de la colère.

Quelques semaines auparavant, Anis Berdjem de Mila avait été kidnappé et retrouvé mort une semaine plus tard dans une localité proche de son lieu d'enlèvement.

Deux années auparavant, les Algériens, Constantinois notamment avaient été secoués par le kidnapping et l'assassinat de deux garçons, dans la nouvelle ville Ali Mendjeli. Plusieurs autres cas d'enlèvements, d'assassinats et de viols d'enfants ont été recensés sans que de nouvelles dispositions de protection des enfants n'ont été initiées.

LIRE AUSSI: Mila en deuil, les tests ADN confirment la mort d'Anis Berjem

Des cas qui ravivent le débat sur la nécessité d'instaurer ou pas la peine de mort.

Les campagnes et les alertes de l'enlèvement de Amine Yarichène se limitent actuellement aux réseaux sociaux, sur Facebook et Twitter.

LIRE AUSSI: Plus de 8.940 enfants victimes de violences, dont 2.400 cas à caractère sexuels de janvier 2014 à août 2015

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.