ALGÉRIE
21/10/2015 14h:00 CET | Actualisé 21/10/2015 14h:51 CET

Zoulikha Belarbi sous contrôle judiciaire: pour un photomontage du président Bouteflika?

Facebook

La police a arrêté la militante Zoulikha Belarbi mardi 20 octobre à Tlemcen et a saisi son ordinateur personnel, a indiqué au Huffington Post Algérie Me Salah Dabouz, président d'une des ligues algériennes des droits de l'Homme (LADDH).

Zoulikha Belarbi, 34 ans, une militante des droits de l'Homme, a passé la nuit de mardi à mercredi au commissariat central de Tlemcen. Après avoir été entendue par le procureur de la République ce mercredi en fin d'après-midi, elle a été libérée et placée sous contrôle judiciaire par un juge d'instruction.

Le motif de l'arrestation n'est pas encore clairement établi. La police a procédé à la saisie de l'ordinateur personnel de la militante, a indiqué le bureau de la LADDH à Tlémcen dans un communiqué. "Les services de la police n'ont donné aucune cause ni pour les membres du bureau de Tlemcen de LADDH ni pour les membres de la famille de la militante", selon le document.

Un montage photo de Bouteflika à l'origine de l'arrestation?

Si aucun motif officiel n'a été donné, des militants des droits de l'Homme croient savoir qu'un montage photo du président Abdelaziz Bouteflika, serait à l'origine de l'arrestation de Zoulikha Belarbi.

Cette dernière a publié sur sa page Facebook, le 4 octobre dernier, une image tirée du célèbre feuilleton turque "Harim Essoltan", où les visages des acteurs ont été remplacés par ceux de personnalités politiques algériennes dont le président Bouteflika, son frère Saïd, le premier ministre Abdelmalek Sellal ou encore le secrétaire général du FLN, Amar Saidani.

La militante a accompagné la photo de ce commentaire: "Je ne sais pas quand se terminera le feuilleton Bouteflika et quand il se réveillera de son faux rêve, devenu un cauchemar qui menace l'avenir de l'Algérie et de son peuple".

Pour Me Dabouz, la saisie de l'ordinateur de Zoulikha Belarbi conforte cette thèse. "Cela prouve que son arrestation est liée à son activité sur les réseaux sociaux", a-t-il déclaré.

"Harcèlement des activistes"

L'affaire de Zoulikha Belarbi fait partie du "harcèlement" que subissent les activistes des droits de l'Homme dernièrement, selon le responsable de la LADDH.

Le 5 octobre dernier, le militant de la LADDH Hassan Bouras a été placé en détention provisoire à El Bayadh pour "outrage à corps constitué et incitation des citoyens à s’armer contre l’autorité de l’Etat".

La ligue algérienne des droits de l'Homme compte par ailleurs convoquer son Conseil National afin de prendre des décisions concernant l'arrestation de Zoulikha Belarbi, a enfin indiqué Me Salah Dabouz.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.