ALGÉRIE
17/10/2015 13h:02 CET | Actualisé 17/10/2015 13h:03 CET

Hanoune tire à boulets rouges sur le gouvernement, le FCE et Ouyahia

Archives

La lune de miel entre Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), et le pouvoirest bel et bien terminée. La SG du PT ne laisse pas passer une occasion sans fustiger les politiques et les décisions du gouvernement. C'était encore le cas aujourd'hui devant un parterre de journalistes et les militants de son parti.

Ceux qui pensaient que la reprise du complexe d'El Hadjar allait atténuer les critiques de Mme Hanoune envers le gouvernement Sellal ne s'attendaient certainement pas à la conclusion qu'elle en a tirée.

Qualifiant de "victoire des travailleurs" la reprise du complexe métallurgique par l'Etat algérien, Louisa Hanoune a accusé, Abdeslam Bouchouraeb, ministre de l’Industrie et des Mines de "cacher la vérité". Le ministre, affirme-elle, "ne dit pas la vérité aux Algériens".

Selon, Mme Hanoune, "le Complexe d’El Hadjar a été bradé. Sa renationalisation, n'aurait, selon la SG du PT, d'autres buts que "d’éponger les dettes cumulées qui s’élèvent à un milliard de dollars". Pour elle, ArcelorMittal devrait payer 500 millions de dollars de dettes. L'accord conclu avec le gouvernement le dédouanerait de tout engagement.

Le géant de l'acier mondiale aurait réussi un vrai coup de maître, selon Mme Hanoune. "C’est l’État algérien et les Algériens qui sont perdants car c’est eux qui vont payer la facture, a dénoncé la G Du PT.

Cette affaire "tirée au clair", la patronne du PT a critiqué la dernière tripartite où "le gouvernement a offert de précieux cadeaux à l’oligarchie". "Le gouvernement a donné beaucoup de cadeaux à l’oligarchie à travers la suppression des impôts (TAP), le démantèlement tarifaire, les accords d’associations avec l’Europe et l’instauration d’une zone arabe de libre change et l’octroi d’un prêt au FMI". "Cette jonction entre le gouvernement et l’oligarchie", poursuit-elle, "a consacré un siphonage des services publics à travers l’instauration d’une délégation de la gestion de ces services publics au privé".

La patronne du PT s’en est prise à "à ces nouveaux riches qui se substituent à l’État et qui exercent une diplomatie parallèle en ouvrant 23 bureaux à travers le monde", en allusion claire au Forum des chefs d'entreprise (FCE) et son président M. Ali Haddad.

"Nous avons deux Premiers ministres. Un Premier ministre officiel et un autre de fait", ajoute-t-elle encore.

Louisa Hanoune, n'a pas été tendre non plus avec le directeur de cabinet du Chef de l'Etat et secrétaire général du RND, M. Ahmed Ouyahia.

La Secrétaire générale du PT, a dénoncé "les menaces proférées par le SG du RND à l’encontre de toutes les voix qui ont critiqué les dérives du pouvoir". "Nous n’allons pas nous taire", a-t-elle martelé en fustigeant ce qu’elle considère être "des tentatives de musellement de la société".

Louisa Hanoune n'a pas manqué de s'exprimer, aussi, sur la fermeture de la chaîne de télévision El Watan et la mise sous mandat de dépôt du général à la retraite Hocine Benhadid.

Qualifiant la fermeture de la chaîne privée El Watan TV de "dérive", la SG du PT a, une fois de plus, dénoncé " le démantèlement du DRS à travers notamment le limogeage de 13 Généraux". Pour elle, "Le DRS est la colonne vertébrale de l’État. Il avait un pouvoir dissuasif dans la lutte contre le terrorisme, le crime organisé et la corruption".

Quand à M. Benhadid, Mme Hanoune estime qu' "il ne s’est pas attaqué à l’armée. Il n’a fait qu’exprimer ses opinions". Son arrestation, dira-t-elle, est tout bonnement un "règlement de compte".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.