ALGÉRIE
16/10/2015 03h:50 CET | Actualisé 16/10/2015 03h:50 CET

Un journaliste d'Al-Jazeera libéré en Egypte accueilli au Qatar sous les applaudissements

Egyptian Al-Jazeera English journalist Baher Mohammed, carrying his son Haroon, is welcomed by his colleagues upon his arrival to Doha, Qatar, Wednesday, Oct. 14, 2015. Baher and his Canadian colleague Mohamed Fahmy were among a group of 100 people pardoned by Egyptian President Abdel-Fattah el-Sissi on the eve of the major Muslim holiday of Eid al-Adha. (AP Photo)
ASSOCIATED PRESS
Egyptian Al-Jazeera English journalist Baher Mohammed, carrying his son Haroon, is welcomed by his colleagues upon his arrival to Doha, Qatar, Wednesday, Oct. 14, 2015. Baher and his Canadian colleague Mohamed Fahmy were among a group of 100 people pardoned by Egyptian President Abdel-Fattah el-Sissi on the eve of the major Muslim holiday of Eid al-Adha. (AP Photo)

L'un des trois journalistes de la chaîne qatarie Al-Jazeera emprisonnés en Egypte et récemment libéré, Baher Mohamed, est arrivé jeudi à Doha où une centaine de collègues l'ont accueilli sous les applaudissements.

Les larmes aux yeux, Baher Mohamed, qui a été incarcéré 420 jours, a appelé à la libération de tous les journalistes illégalement détenus. Le journaliste de 32 ans, visiblement ému, a indiqué à l'AFP que l'accueil que lui avaient réservé ses collègues lui avait donné la "chair de poule".

Il a confié n'avoir jamais imaginé pouvoir un jour les retrouver parce qu'il avait dû "tuer (ses) rêves et espoirs" en prison.

Baher Mohamed et deux collègues, le Canadien Mohamed Fahmy et l'Australien Peter Greste, avaient été condamnés fin août à trois ans de prison pour avoir "diffusé de fausses informations" en soutien à la confrérie des Frères musulmans de l'ex-président islamiste Mohamed Morsi, destitué en 2013, et travaillé sans les autorisations nécessaires.

M. Greste avait été jugé par contumace car il avait été expulsé vers l'Australie. En septembre, MM. Fahmy et Mohamed avaient été graciés.

Les trois journalistes avaient été arrêtés fin 2013 au Caire au moment où les relations entre l'Egypte et le Qatar était très tendues, l'émirat étant accusé de prendre fait et cause pour les Frères musulmans réprimés par les autorités.

LIRE AUSSI: Egypte: Sissi gracie les deux journalistes d'Al-Jazeera emprisonnés

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.