MAROC
16/10/2015 07h:47 CET | Actualisé 16/10/2015 07h:47 CET

Nigeria: Des kamikazes s'infiltrent dans une mosquée et tuent des dizaines de personnes

Des dizaines de morts dans un attentat suicide au Nigeria
dr
Des dizaines de morts dans un attentat suicide au Nigeria

INTERNATIONAL - Des dizaines de personnes ont été tuées jeudi soir dans une mosquée à Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria, lorsque plusieurs assaillants y ont déclenché leurs bombes, selon des témoins.

"Tous ceux qui étaient dans la mosquée sont morts. Il n'y a pas un seul survivant", a déclaré Muhtari Ahmadu, un commerçant se trouvant près du lieu de l'attentat. "Nous avons compté 42 cadavres à l'extérieur de la mosquée", a expliqué Amadu Marte, un des miliciens qui aident les forces armées à lutter contre les jihadistes.

Déguisés en fidèles

Les assaillants étaient déguisés en fidèles lorsqu'ils sont entrés dans la mosquée, ont rapporté des témoins. Les explosions ont eu lieu vers 18H30 locales (17H30 GMT) alors que les fidèles faisaient leur prière du soir dans cette mosquée d'une banlieue ouest de Maiduguri, important foyer du groupe Boko Haram.

Le groupe a intensifié ses attaques contre des cibles civiles au cours des derniers mois en utilisant des kamikazes et des engins explosifs artisanaux. "La mosquée peut accueillir largement une quarantaine de personnes mais on ne sait pas combien de personnes se trouvaient à l'intérieur au moment de l'attaque", a ajouté le milicien Muhtari Ahmadu.

Usman Zakariya, qui travaille dans un hôpital voisin, a indiqué que l'attaque "odieuse a été menée par des kamikazes". "A l'heure de la prière du soir, la nuit étant tombée, la surveillance était moins stricte autour de la mosquée", a-t-il souligné, estimant que les assaillants avaient choisi ce moment pour passer à l'action.

Au moins quatre personnes avaient déjà été tuées dans trois attentats suicides commis quasi-simultanément mardi soir à Maiduguri, dans le quartier de Ajilari Cross, cible d'attaques similaires à deux reprises ces dernières semaines, dont celle du 20 septembre qui avait fait au moins 117 morts.

LIRE AUSSI: