MAROC
16/10/2015 10h:10 CET | Actualisé 16/10/2015 10h:10 CET

Analphabétisme: Ce qui a changé en 10 ans

Analphabétisme: Ce qui a changé en 10 ans
dr
Analphabétisme: Ce qui a changé en 10 ans

ANALPHABÉTISME - Malgré les divers programmes mis en place au cours des dix dernières années, l’analphabétisme touche encore une grande partie de la population marocaine.

En effet, selon les derniers résultats du sixième recensement général de la population et de l’habitat (RGPH), présentés le 13 octobre par le Haut-commissaire au plan, Ahmed Lahlimi Alami, le Maroc comptait en 2014 quelque 8,6 millions d'analphabètes sur 33,8 millions d’habitants, contre 10,2 millions en 2004, soit 32% de la population.

Les femmes particulièrement touchées

Des chiffres qui donnent froid dans le dos, d’autant qu’avec un taux d’analphabétisme de 41,9%, ce sont surtout les femmes qui en souffrent, notamment dans les campagnes.

Des disparités qui trouvent leur origine dans "les pratiques et conceptions culturelles des familles, surtout en milieu rural, qui accordent peu d’importance à l’éducation des petites filles et préfèrent qu’elles arrêtent précocement l’école sans avoir acquis les compétences de base et ce, pour rester à la maison, aider aux tâches ménagères et se marier dès que l’occasion se présente", explique au HuffPost MarocMounia Benchekroun, experte sur les questions d'éducation.

De nombreux programmes lancés

Afin d’y remédier, de nombreux programmes d’alphabétisation ont vu le jour au cours des dix dernières années, sous la coordination de l’Agence nationale de lutte contre l’analphabétisme (ANLCA).

Ces programmes sont notamment appuyés par l’Union européenne, qui apporte une aide financière substantielle (300 millions de dirhams pour le programme d’alphabétisation qui s’étale de 2008 à 2013), et l’UNESCO, à travers son bureau de Rabat. En dix ans, les résultats ne se sont pas fait attendre, puisque le taux d’analphabétisme a baissé de 18,7% entre 2004 et 2014.

"En reconnaissance des efforts accomplis par le Maroc", l'UNESCO a même attribué en 2012 une mention honorable du Prix Confucius-UNESCO d'alphabétisation à la Direction de la lutte contre l'analphabétisme (Ministère de l'éducation nationale) pour "son programme d'alphabétisation et de post alphabétisation et sa contribution à l'autonomisation des femmes au Maroc".

Éradiquer l'analphabétisme d'ici à 2024?

Le Maroc vise à réduire le taux d’analphabétisme à 20% en 2016 et éradiquer ce fléau d’ici à 2024, conformément aux objectifs du millénaire en ce qui concerne l’analphabétisme. Réaliste ou pas ?

"Je ne pense pas qu’il soit possible au Maroc d’atteindre cet objectif vu le niveau actuel, selon moi insuffisant, d’engagement politique et financier et compte tenu aussi de la complexité du phénomène et de ses causes", souligne Mme Benchekroun.

Toujours est-il que selon une étude réalisée par la Direction de la lutte contre l'analphabétisme et relayée par La Vie Éco, l’analphabétisme coûte au Maroc l’équivalent de 1,5 point minimum du PIB national, soit un manque à gagner économique pour le pays.

Dans la région du Maghreb, le Maroc fait figure de mauvais élève avec un taux d’analphabétisme de 32%, loin derrière l’Algérie (14%), la Libye (17%) et la Tunisie (23%). Seule la Mauritanie fait pire avec un taux de 42%.

LIRE AUSSI: