MAGHREB
13/10/2015 12h:59 CET

Affaire des Tunisiens séquestrés puis libérés en Libye: Pendant ce temps-là, la communication du gouvernement fait défaut

Refugees and Tataouine residents came together on April 17th to bury Ali Ahmed Jerbi, the first "Libyan martyr" to be interred in Tunisia.

اجتمع اللاجئون وسكان تطاوين يوم 17 أبريل لدفن علي أحمد جابر، أول "شهيد ليبي"، يُدفن في تونس. 

Les réfugiés et les habitants de Tataouine se sont rassemblés, le 17 avril, lors des funérailles d'Ali Ahmed Jerbi, le premier "martyr libyen" enterré en Tunisie.

Full story: <a href="http://www.magharebia.com/cocoon/awi/xhtml1/en_GB/features/awi/reportage/2011/04/22/reportage-01" rel="nofollow">www.magharebia.com/cocoon/awi/xhtml1/en_GB/features/awi/r...</a>

القصة
<a href="http://www.magharebia.com/cocoon/awi/xhtml1/ar/features/awi/reportage/2011/04/22/reportage-01" rel="nofollow">www.magharebia.com/cocoon/awi/xhtml1/ar/features/awi/repo...</a>

L'article: <a href="http://www.magharebia.com/cocoon/awi/xhtml1/fr/features/awi/reportage/2011/04/22/reportage-01" rel="nofollow">www.magharebia.com/cocoon/awi/xhtml1/fr/features/awi/repo...</a>
Magharebia/Flickr
Refugees and Tataouine residents came together on April 17th to bury Ali Ahmed Jerbi, the first &quot;Libyan martyr&quot; to be interred in Tunisia. اجتمع اللاجئون وسكان تطاوين يوم 17 أبريل لدفن علي أحمد جابر، أول &quot;شهيد ليبي&quot;، يُدفن في تونس. Les réfugiés et les habitants de Tataouine se sont rassemblés, le 17 avril, lors des funérailles d'Ali Ahmed Jerbi, le premier &quot;martyr libyen&quot; enterré en Tunisie. Full story: <a href="http://www.magharebia.com/cocoon/awi/xhtml1/en_GB/features/awi/reportage/2011/04/22/reportage-01" rel="nofollow">www.magharebia.com/cocoon/awi/xhtml1/en_GB/features/awi/r...</a> القصة <a href="http://www.magharebia.com/cocoon/awi/xhtml1/ar/features/awi/reportage/2011/04/22/reportage-01" rel="nofollow">www.magharebia.com/cocoon/awi/xhtml1/ar/features/awi/repo...</a> L'article: <a href="http://www.magharebia.com/cocoon/awi/xhtml1/fr/features/awi/reportage/2011/04/22/reportage-01" rel="nofollow">www.magharebia.com/cocoon/awi/xhtml1/fr/features/awi/repo...</a>

Plusieurs Tunisiens ont été séquestrés lundi puis relâchés mardi dans la localité de Sabratha en Libye en représailles à l'arrestation d'un membre du conseil municipal de la ville, Houcine Dhaouadi, à l'aéroport de Tunis Carthage le 10 octobre dernier, selon Shems Fm.

Aymen Benzina un des Tunisiens retenus depuis lundi, a confirmé à Shems FM la libération de "tous les Tunisiens" séquestrés dans un campement militaire de la localité, estimés à 300, selon la radio.

"300" ou "des dizaines" d'otages libérés?

Si Shems FM fait état de 300 citoyens tunisiens retenus, l'agence Tunis Afrique Presse évoque quant à elle de "dizaines de tunisiens pris en otages", d'après un activiste libyen souvent en charge d'affaires qui concernent les deux pays.

Contacté par le HuffPost Tunisie, le ministère des Affaires étrangères a déclaré qu'"il ne disposait pas d'informations concrètes pour le moment" rappelant qu' "il n y avait pas d'ambassade ou de consulat de Tunisie en Libye" et que par conséquent "l'obtention d'informations était difficile".

Le contexte de "la prise d'otage"

Aymen Ben Zina a confirmé à Shems Fm que les raisons ayant poussé les milices de Sabratha à les arrêter étaient dues au fait que Houcine Dhaouadi, un membre du conseil municipal de la ville en voyage à Tunis, ait été arrêté par les autorités tunisiennes à son départ de l'aéroport Tunis-Carthage vers la Libye le 10 octobre dernier.

Le conseil municipal de Sabratha a ainsi publié un communiqué le 12 octobre demandant aux autorité tunisiennes la libération du conseiller municipal mais aussi d'un dénommé Lazhar El Makouri arrêté le 11 septembre 2015.

conseil municipal sebratha

Contacté par le "HuffPost Tunisie", le porte parole du ministère de l'Intérieur Walid Louguini a affirmé qu'ils avaient été arrêtés "par la justice" et que seule celle-ci pourra répondre" à ces questions".

M. Shili, porte-parole du ministère de la Justice a déclaré à son tour au HuffPost Tunisie que le procureur de la République était la seule personne habilitée à répondre à ces questions. Mais ce mardi encore, le Parquet était injoignable.

Pourquoi ces deux libyens ont-ils été arrêtés? Ont-ils été libérés par la justice tunisienne en échange de la libération des "otages" tunisiens?

Face à l'opacité des autorités tunisiennes, il est impossible de confirmer ou d'infirmer les propos d'Aymen Benzina et encore moins de savoir si les autorités tunisiennes ont répondu ou non aux exigences du conseil municipal libyen.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.