MAGHREB
13/10/2015 05h:56 CET

Présidentielle américaine: Hillary Clinton à l'épreuve du premier débat des primaires démocrates

Democratic presidential candidate Hillary Rodham Clinton speaks Wednesday, Oct. 7, 2015, during a campaign stop at the Westfair Amphitheater in Council Bluffs, Iowa. (AP Photo/Nati Harnik)
ASSOCIATED PRESS
Democratic presidential candidate Hillary Rodham Clinton speaks Wednesday, Oct. 7, 2015, during a campaign stop at the Westfair Amphitheater in Council Bluffs, Iowa. (AP Photo/Nati Harnik)

Rendez-vous à Las Vegas: Hillary Clinton retrouve mardi ses quatre rivaux, parmi lesquels le surprenant sénateur du Vermont Bernie Sanders, pour le premier d'une série de débats visant à départager les candidats démocrates à l'approche de la présidentielle de 2016.

L'ombre du vice-président Joe Biden, qui hésite à se lancer dans la course pour la troisième fois et souffle le chaud et le froid depuis des semaines, planera sur cette rencontre. Trois autres candidats -- Martin O'Malley, Lincoln Chafee et Jim Webb -- encore largement inconnus du grand public, tenteront de se faire entendre.

Le débat s'annonce moins haut en couleur que ceux du camp républicain, dopés par la présence du milliardaire Donald Trump et ses formules à l'emporte-pièce. Ce dernier, qui a largement contribué à des records d'audience historiques (24 millions de téléspectateurs pour Fox News en août, 23 millions pour CNN en septembre), a déjà ironisé sur ce rendez-vous démocrate devant lequel les téléspectateurs risquent, estime-t-il, de s'endormir rapidement.

Pour Hillary Clinton, 67 ans, qui a perdu au cours des derniers mois son statut d'archi-favorite, l'objectif est de convaincre qu'elle reste la plus crédible pour offrir aux démocrates un troisième mandat de suite à la Maison Blanche, du jamais vu depuis la Seconde Guerre mondiale.

Pour Bernie Sanders, 74 ans, qui se décrit comme un démocrate socialiste, l'enjeu est de prouver qu'après avoir fait irruption sur la scène nationale où personne ne l'attendait, il n'est pas seulement un agitateur d'idées, pourfendeur des élites et de la finance, mais a aussi les épaules pour endosser les habits présidentiels.

Le septuagénaire a promis de ne pas lancer d'attaques personnelles envers Hillary Clinton qu'il "respecte", mais il a bien l'intention de profiter de cette première apparition sur scène avec l'ancienne chef de la diplomatie américaine (2009-2013) pour faire entendre sa différence... et pointer du doigt les revirements de cette dernière.

"Les gens devront comparer ma détermination -- et ma constance -- à tenir tête à Wall Street et aux grands groupes avec celle (d'Hillary Clinton)", a-t-il lancé dimanche sur NBC.

Selon le dernier sondage CBS, l'ancienne sénatrice de New York recueille 46% des intentions de vote contre 27% pour l'élu du Vermont.

"La course commence à peine"

Si les deux candidats sont désormais sur la même ligne sur plusieurs dossiers emblématiques, la position d'Hillary Clinton est moins confortable.

L'ancienne première dame vient ainsi d'annoncer son opposition à l'accord de libre-échange conclu il y a quelques jours entre les Etats-Unis et 11 pays riverains du Pacifique. Si ce choix a été salué par les syndicats, il a surpris dans la mesure où, en tant que secrétaire d'Etat de Barack Obama, elle avait défendu avec ardeur l'intérêt économique du projet.

L'ancien gouverneur du Maryland Martin O'Malley, qui est à 52 ans, de loin, le plus jeune candidat en lice, rappelle inlassablement que l'histoire est pleine d'élections dans lesquelles le "favori incontournable" a fini par devoir s'incliner.

"Pour la grande majorité des Américains, la course au sein du parti démocrate commence à peine", soulignait dimanche sur CNN ce passionné de musique qui courtise, comme "Bernie", l'aile gauche du parti, et reste confiant, en dépit de sondages peu flatteurs jusqu'ici, dans sa capacité à séduire les électeurs de moins de 40 ans.

Pour les cinq prétendants à la nomination, ce débat dans le Nevada sera aussi l'occasion de se positionner par rapport à un autre démocrate qui ne sera plus dans la course cette fois-ci: Barack Obama.

Ce dernier, prenant soin à ce stade de rester neutre, vient de rappeler ce weekend qu'il était "très fier" de son bilan. Et, pour mieux marquer le coup, a assuré être convaincu que dans l'hypothèse -- purement théorique -- où il serait en mesure de briguer un troisième mandat, il serait une nouvelle fois élu, comme en 2008 et 2012.

Organisé dans une hôtel-casino de Las Vegas par CNN et Facebook, le débat débutera à 20h30 heure de Washington. Il sera retransmis en direct sur CNN, CNN International ainsi que sur CNN.com.

La chaîne a pris soin de préparer un sixième podium, prêt à être ajouté sur scène si Joe Biden, qui est en troisième position dans les sondages du côté démocrate, décidait, quelques heures avant le début du débat de se lancer lui aussi dans la course.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.