MAROC
13/10/2015 04h:16 CET

Pourquoi le Maroc a envoyé une deuxième délégation à Stockholm? Saad Eddine El Otmani détaille les raisons de ce voyage diplomatique

Les activités de la deuxième délégation marocaine en Suède racontées par Saad Eddine El Otmani
DR
Les activités de la deuxième délégation marocaine en Suède racontées par Saad Eddine El Otmani

DIPLOMATIE – A peine une première délégation diplomatique marocaine revenue de Stockholm afin de défendre le dossier du Sahara en Suède, qu’une seconde est déjà envoyée. Les 12 et 13 octobre, un groupe conduit par l’ancien ministre des Affaires étrangères, Saad Eddine El Otmani, s'est déplace à la capitale suédoise. Mohamed Sajid (UC), Fatiha El Ayadi (PAM) ou encore Chafik Rachdadi (RNI) font parti de ce convoi. Pourquoi ont-ils fait le déplacement ? Quelles sont les réunions prévues pendant ce déplacement ? Entretien avec Saad Eddine El Otmani.

Le HuffPost Maroc: Quel est l’objectif de cette deuxième délégation?

Saad Eddine El Otmani: Notre groupe a pour ambition de compléter le travail de la première (la délégation emmenée par Nabila Mounib, qui s'est rendue en Suède avec d'autres responsables de partis de gauche, ndlr). Nous allons rencontrer les partis politiques qui n’ont pas été approchés par la formation présidée durant le premier voyage, ainsi que d’autres groupes parlementaires afin de défendre notre cause.

L’envoi de deux délégation diplomatique est-il un moyen pour le Maroc de rattraper l’absence d’un ambassadeur en Suède ?

S’il est vrai qu’il n’y a pas d’ambassadeur marocain en Suède, il y a toujours eu des délégations officielles du Maroc dans le pays. En 2012, en 2013 et en 2014, des délégations parlementaires sont partis afin de maintenir ce dialogue politique qui a toujours eu lieu et respecté ses rendez-vous.

Le problème ne se situe d’ailleurs pas au niveau du ministère des Affaires étrangères suédois mais dans d’autres instances, à savoir la société civile, certains partis politiques et dirigeants. C’est pour cela que nous visons à élargir le dialogue et à inclure la société civile dans ce débat.

Quelles sont, dans le détail, les activités menées par votre délégation à Stockholm ?

Nous sommes sur place depuis avant-hier (samedi 10 octobre, ndlr). Hier, nous avons rencontré des Marocains résidant en Suède. Aujourd’hui, j’ai rencontré le ministre de l’Investissement et de l’innovation pendant que d’autres membres de la délégation ont tenu des réunions avec des membres de la société civile qui ont une position hostile à notre cause. Nous avons aussi eu des réunions avec quelques partis politiques. Demain, nous rencontrerons le président du parlement, des groupes parlementaires ainsi que des départements au sein du ministère des Affaires étrangères.

Les associations hostiles à la position du Maroc sur le Sahara ont-ils été réceptifs à votre discours ?

La délégation marocaine a exposé son point de vue sur la situation du Sahara. L’essentiel pour nous est d’argumenter la vision des partis politiques membres de la délégation. Nous voulons faire savoir que le problème du Sahara n’est pas le souci de l’Etat ou du gouvernement uniquement, mais celui de tous les Marocains aussi.

LIRE AUSSI: