ALGÉRIE
13/10/2015 10h:06 CET | Actualisé 13/10/2015 10h:07 CET

Journée sanglante à Jérusalem

AFP

Jérusalem entame ce mardi sa journée la plus sanglante depuis le début du nouveau soulèvement des jeunes Palestiniens: trois israéliens ont été tuées et plusieurs autres blessées, selon la police de l'occupant. Une raison suffisante pour multiplier la répression et soumettre les quartiers arabes à un bouclage total.

C'est la première fois depuis le 1er octobre dernier,date du nouveau soulèvement, que des Palestiniens ouvrent le feu dans un bus. L'un des deux jeunes auteurs de cette opération, a ouvert le feu avec son pistolet sur les 15 passagers présents dans le bus tandis que l'autre était armé de deux couteaux, rapporte l'AFP.

#فيديو | اللحظات الأولى من العملية التي وقعت في أحدى حافلات المستوطنين بمدينة #القدس المحتلة ظهر اليوم.#الانتفاضة_انطلقت

Posted by ‎شبكة قدس الإخبارية‎ on mardi 13 octobre 2015

Un des deux jeunes palestiniens a été tué, le second blessé par balles par la police.

Cet attentat n'a pas manqué, dans une ville déjà à cran, de ranimer le souvenir des intifadas de 1987 et de 2000, lorsque les transports publics étaient une cible privilégiée des attentats.

منفذا عملية الطعن وإطلاق النار داخل الحافلة الصهيونية بالقدس (بهاء عليان و بلال أبو غانم)، حيث استشهد "بهاء" فيما تضاربت وسائل الإعلام العبرية حول حالة "أبو غانم" وهو أسير محرر.

Posted by ‎شهاب‎ on mardi 13 octobre 2015

Quelques minutes plus tard, un Palestinien a foncé avec sa voiture sur des piétons à un arrêt de bus dans un quartier ultra-orthodoxe de Jérusalem-Ouest, tuant une personne et blessant légèrement une autre. Il est ensuite sorti de sa voiture, encastrée dans l'abribus, et a poignardé plusieurs passants, avant d'être blessé par balles, selon la police d'occupation.

Au total, trois personnes ont été blessées grièvement, deux autres sérieusement et trois légèrement dans les deux agressions, selon les secours.

Plus tôt dans la matinée, un passant avait été blessé au couteau dans la ville de Raanana, au nord de Tel-Aviv, dans une nouvelle attaque à l'arme blanche dont l'auteur palestinien a été maîtrisé par des passants.

Le cabinet de sécurité, qui regroupe les principaux responsables gouvernementaux de la sécurité autour du Premier ministre Benjamin Netanyahu, a décidé de se réunir en urgence.

Le gouvernement pourrait prendre la mesure drastique de boucler les quartiers palestiniens de Jérusalem-Est, a dit la porte-parole de la police Luba Sarmi. Il pourrait aussi décider d'assouplir les règles de port d'arme pour se défendre.

Les tensions plus ou moins latentes depuis des mois entre Palestiniens et Israéliens se sont brutalement amplifiées après l'assassinat de deux colons en Cisjordanie occupée le 1er octobre.

Les affrontements entre lanceurs de pierres palestiniens et forces armées israéliennes qui tirent à balles réelles sont désormais quotidiens et les agressions mutuelles permanentes entre Palestiniens et colons. Depuis dix jours se succèdent les attaques au couteau contre des Israéliens et des juifs, et les funérailles de Palestiniens tués lors de heurts.

Sept israéliens sont morts alors que les victime palestiniennes ont atteint la trentaine.

La répression a gagné également la communauté des Arabes israéliens (17,5% de la population). Cette dernière a appelée à une grève générale aujourd'hui.

Descendants des Palestiniens restés sur les territoires occupés après 1948, ils sont citoyens israéliens et largement solidaires des Palestiniens des Territoires.

Ils étaient appelés mardi à une grève générale dans un climat de suspicion croissante chez les Israéliens et d'exaspération dans la jeunesse palestinienne.

Les Palestiniens ont, quand à eux, appelés à une nouvelle "journée de colère" au cours de laquelle les jeunes ont défié les soldats israéliens.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.