ALGÉRIE
12/10/2015 08h:37 CET | Actualisé 12/10/2015 08h:46 CET

Le plus grand bidonville d'Alger, ''Erramli'', totalement évacué

Flickr

Comme prévu, le plus grand bidonville d'Alger, ''Erramli'', dans la commune de Gué de Constantine, a été totalement évacué et ses habitants (4.487 familles) relogées, a-t-on constaté lundi.

Au carrefour de Gué de Constantine, la circulation automobile est lente, et des policiers régulent le flux de voitures, alors que des grappes de familles, qui n'ont pas été relogées, se sont rassemblées face à ce qui reste du bidonville.

Entamée mercredi dernier, l’opération d’évacuation des 4.487 familles du bidonville Erramli a pris fin dimanche vers 13h30, indique à l'APS le coordinateur de la cellule de wilaya de contrôle et de suivi des opérations de recasement des familles issues des sites précaires, Mohamed Smail.

Sur les 4.487 familles évacuées du plus grand bidonville de la capitale, qui bloquait les travaux de réalisation du viaduc de Oued Ouchayah et de l’aménagement de Oued El Harrach, 2.390 ont été relogées notamment à la cité des 3.555 logements de Meftah (wilaya de Blida), a précisé M. Smail.

Dans le cadre de la 19e opération de relogement, lancé mercredi 7 octobre, 2.501 familles d’½Erramli» devaient être relogées à Meftah.

''Il y a vingt familles déclarées éligibles au recasement que nous n’avons pas trouvé sur le site lors de l’opération d’évacuation. Elles ne se sont pas présentées pour le déménagement'', a-t-il indiqué, assurant que les investigations sont en cours pour essayer de les identifier.

Interrogé sur les mesures prises afin d’empêcher la réoccupation des lieux, M. Smail a répondu que les différents corps de sécurité sont sur place en attendant l’installation des entreprises en charges des travaux d’aménagement d'Oued El Harrach et du viaduc de Oued Ouchayah.

Jusqu’à dimanche après-midi, 1.667 recours ont été enregistrés par la commission installée à cet effet au niveau de la salle omnisports de Gué de Constantine, mitoyenne au site évacué, et l’opération continue, a souligné M. Smail.

Depuis le début des opérations de recasement en juin 2014, environ 800 plaintes ont été déposées contre des postulants au relogement pour ''fausses déclarations, faux et usage de faux et rétention d’informations'', dont plus de la moitié (467 cas) dans le seul site d’ « Erramli», révèle un bilan provisoire de la Cellule de wilaya de suivi de ces opérations.

Sur les 800 personnes poursuivies, cinq ont été acquittées et 72 condamnées entre deux et six mois de prison avec sursis et à une amende de 20.000 à 50.000 DA, selon la même source qui note que la wilaya a mobilisé trois avocats pour s’occuper de ces plaintes dont le nombre augmente à chaque nouvelle opération de relogement.

Par ailleurs, 2.400 agents, 2.000 camions, 20 engins de démolition et cinq bus de transport de voyageurs ont été mobilisés pendant ces derniers cinq jours uniquement pour le relogement des familles de ce bidonville, et, ensuite, son éradication.

Cette opération, la quatrième du genre depuis janvier 2015, porte sur le relogement de 3.650 familles issues d’ « Erramli», mais aussi du bidonville « Bateau Cassé» dans la commune de Bordj El Kiffan (461 famille) et du site la « Prise d’eau» de Bourouba (490 familles), qui vont être relogées à la cité des 1.588 logements de Si Mustapha, dans la wilaya de Boumerdès.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.