MAGHREB
11/10/2015 07h:47 CET | Actualisé 11/10/2015 11h:40 CET

Tunisie: Collecte de fonds, Crowdsoucing, messagerie géolocalisée...De nouveaux sites participatifs bientôt lancés en Tunisie

A reporter holds up a Mi Note after a presentation in San Francisco, Thursday, Feb. 12, 2015. While stopping short of declaring plans to sell phones in the United States, Xiaomi said Thursday that it will dip its toes in the U.S. market by selling headphones and other accessories online, through an Internet-based, fan-friendly model that has helped make the company one of the leading smartphone suppliers in China. (AP Photo/Jeff Chiu)
ASSOCIATED PRESS
A reporter holds up a Mi Note after a presentation in San Francisco, Thursday, Feb. 12, 2015. While stopping short of declaring plans to sell phones in the United States, Xiaomi said Thursday that it will dip its toes in the U.S. market by selling headphones and other accessories online, through an Internet-based, fan-friendly model that has helped make the company one of the leading smartphone suppliers in China. (AP Photo/Jeff Chiu)

INTERNET - Pour ceux qui trouvent que le web tunisien ne bouge pas assez, six sites se basant pour la plupart sur des concept participatifs inédits en Tunisie, vont être lancés le 21 octobre prochain.

Selon Karim Charefeddine responsable à "Khiva", une équipe d'ingénieurs et de graphiste partenaire de ce lancement, "il s'agit de jeunes entreprises tunisiennes qui veulent se frayer un chemin notamment dans la production participative", un domaine qui ne serait toujours pas assez développé en Tunisie.

Parmi celles-ci, la messagerie géolocalisée "In da place" est une application qui pourra mettre en contact des personnes qui ne se connaissent pas forcément, mais qui se trouveraient dans un même endroit et au même moment. Une sorte d'intermédiaire pour la sociabilisation entre des personnes qui ont les même centres d'intérêts, dans un espace commun.

"C'est une application qui peut concerner des gens ayant le même centre d'intérêt ou le même milieu professionnel. Ils peuvent utiliser cette application pour exposer leurs profils et faire connaissance. Cela peut aussi se passer dans une soirée, un café ou un concert", a expliqué Karim Charefeddine au HuffPost Tunisie.

Un autre concept, Collecti.tn, peut être assez pratique pour le tissu associatif, selon lui. Un site de collecte en ligne, une sorte de "tirelires" que peuvent créer des association ou même des particuliers, pour lancer une collecte. "Les internautes peuvent cotiser pour un évènement ou une cause qui leur tient à coeur, en payant en ligne", indique M. Charefeddine.

Le Crowdsourcing

Il s'agit d'un des domaines émergents de la gestion des connaissances. Concept inédit en Tunisie, le Crowdsourcing fera partie de ce lancement. Intitulé Pub-lik.com, ce projet permettra aux entreprises de faire appel au grand public pour leurs campagnes de promotion. Il s'agira d'un "concours" dans lequel une société donnée "lance un défi aux créateurs" pour qu'ils lui trouvent la campagne publicitaire la plus adéquate à sa marque.

"Au lieu de passer par une seule agence, les entreprises pourront choisir leurs campagnes de communication dans une une large gamme de contenus et d'idées proposées par les créateurs", explique Karim Charefeddine.

Des créateurs, des freelancers ainsi que des boites de communication qui n'ont pas forcément une visibilité et des contacts dans le milieu, pourront ainsi proposer leurs idées (communication digitale, script et scénarios, vidéo, design, animation, illustration, photographie et montage), après s'être inscrits dans "la communauté" du site. La société choisira à la fin, "des gagnants" qui travailleront sa campagne.

Le crowdsourcing pose néanmoins certains problèmes éthiques car ce dispositif implique une concurrence avec le travail des professionnels et peut conduire vers une précarité généralisée des travailleurs.

Pour Karim Charefeddine, cela permettra, au contraire, a "tout le monde d'économiser du temps et de l'énergie".

"Quand des boites ou des particuliers participent à ce concours, ils ne sont pas obligés de finaliser le travail. Un petit aperçu suffit pour séduire une société donnée", a-t-il affirmé.

D'autres sites se spécialiseront dans les ventes aux enchères, le troc (Kidimieux.tn) ou la vente privée (Boumin-deal).

Parmi tous ces sites, deux seront payants: Collecti.tn et pub-lik.com.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.