MAGHREB
09/10/2015 11h:22 CET | Actualisé 09/10/2015 11h:44 CET

Tunisie - D'une impasse politique au Dialogue national: Mustapha Ben Jaâfar revient sur ce tournant de la transition démocratique

Mustapha Ben Jaâfar, ancien président de l'Assemblée Nationale Constituante (ANC) et Secrétaire Général du parti Ettakatol a été l'un des acteurs majeurs du dialogue national tunisien. Après l'assassinat de Mohamed Brahmi, la Tunisie a traversé une période politique très instable et les partis opposés campaient chacun sur leurs positions.

Face à l'impasse, coup de bluff ou coup de maître, Mustapha Ben Jaâfar décide de suspendre unilatéralement les travaux de l'ANC, jusqu'à la reprise du dialogue (voir vidéo ci-dessus)...

C'est alors que la confrontation politique quitte progressivement la rue pour prendre place dans le huis clos des longs pourparlers politiques, avant le lancement officiel du Dialogue national parrainé par le Quartet que composent l'UGTT, l'UTICA, la LTDH et l'Ordre des avocats, qui ont obtenu ce vendredi le prix Nobel de la Paix.

Contacté par le HuffPost Tunisie, Mustapha Ben Jaâfar est revenu sur cette période critique qui a permis l'émergence du Quartet comme parrain du Dialogue national.

Le mois d'août 2013 a été pour le moins tendu. Mustapha Ben Jaâfar, alors président de l'Assemblée Nationale Constituante craignant que les choses ne s'enveniment a décidé de suspendre sine die les travaux de l'ANC.

"Après l'assassinat de Mohamed Brahmi, le dialogue a été rompu, le pays était en ébullition. Le 6 août 2013, j'ai décidé de suspendre les travaux de l'Assemblée constituante. Il y avait de vives tensions, car le scénario égyptien était dans les esprits. Il y avait des intentions belliqueuses de tout effacer, de dissoudre l'Assemblée. Il fallait dégoupiller et revenir vers une situation plus sereine".

Mais Mustapha Ben Jaâfar avait également essuyé des critiques, notamment pour avoir pris cette décision seul. Est-ce un précédent dangereux? "Oui, il peut être dangereux et c’est là où les individus peuvent jouer un rôle négatif ou positif, selon ce qu’ils sont. Je pense que j’ai fait quelque chose de bien pour mon pays et pour l’Assemblée nationale et maintenant les résultats sont là", avait-il déclaré au HuffPost Tunisie en février 2014, après l'adoption de la Constitution.

En suspendant les travaux de l'ANC, Mustapha Ben Jaâfar avait une idée précise: rétablir le dialogue alors rompu entre les principaux belligérants malgré les craintes qu'il avait:

"Je souhaite féliciter les partenaires nombreux. J'ai reçu tous ces partenaires à la présidence de l'ANC. J'y ai élu domicile pendant un certain temps. J'ai contribué à rassembler ces gens-là pour remettre en route le dialogue national. Cela s'est passé hors caméras. En septembre tout s'est apaisé. Le dialogue a repris entre les partenaires. Le but d'unir tous ces gens là pour l'avenir de la Tunisie était réussi".

Pourtant Mustapha Ben Jaâfar sait que sans l'appui de son parti Ettakatol et sans celui de l'ANC, cela aurait été différent:

"Je souhaite rappeler le rôle essentiel d'Ettakatol, mais aussi le mien qui avons soutenu le dialogue national du début à la fin. Il faut aussi rappeler le rôle essentiel de l'ANC pour la reprise du dialogue national qui a été suspendu à l'été 2013. Cela a permis de poursuivre l'effort et de parvenir à cette Constitution quasiment par un plébiscite", s'est-il félicité.

Cependant, ce sont surtout les parties en présence et les lauréats du prix Nobel à qui Mustapha Ben Jaâfar souhaite rendre hommage:

"Toutes mes félicitations vont au Quartet pour l'initiative du dialogue national et pour l'effort continu sur toute la période malgré les nombreux obstacles. C'est une occasion d'exprimer ma fierté d'appartenir à ce pays. Je suis fier d'être Tunisien, fier d'avoir soutenu le Quartet et fier de cette Constitution".

Pour Mustapha Ben Jaâfar, ce prix Nobel récompense l'exception tunisienne dans un monde arabe meurtri par les violences et les guerres. Il souhaite que l'exemple tunisien s'exporte:

"Mon souhait aujourd'hui est que cela serve d'exemple à d'autres pays minés par les conflits. Cela est une preuve que le dialogue, la discussion, et le consensus sont la solution."

LIRE AUSSI:Le Quartet parrain du dialogue national tunisien obtient le prix Nobel de la paix (VIDÉO)

Tunisie: Consultations entre médiateurs et partis politiques pour préparer la reprise du dialogue national

Tunisie: Ettakatol accuse les élus d'Ennahdha de vouloir bloquer le dialogue national

Bardo: Grande mobilisation de l'opposition (PHOTOS)

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.